Grippe aviaire : production de foie gras à la baisse et prix de vente à la hausse pour les fêtes

Publié le
Écrit par Bérénice Rolland et Adrien Casanova

La grippe aviaire touche fortement les élevages de canards en cette fin d'année. Les exploitants doivent réduire leur production. Plus rare, le foie gras sera donc aussi plus cher à la vente pour les fêtes de fin d'année.

Depuis près deux ans,  la grippe aviaire touche les élevages de volailles en France. Plus de 300.000 volatiles ont été abattus. La semaine dernière, le niveau de risque lié à la grippe aviaire est passé de "modéré" à "élevé".

Y aura-t-il du foie gras dans toutes les assiettes pour le réveillon de Noël ? Rien n'est moins sûr.

Clément Denier est chef d'exploitation de La Robine des canards, près de Digne-les-Bains, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Tout son stock de foie gras cru est déjà réservé.

"Celui-ci, c'est à la personne qui l'achète de le déveiner, de le mettre en terrine et de le cuire à sa convenance", précise-t-il.

Il ne peut pas non plus fournir de foie gras entier, car ses "commandes sont bloquées pour l'année".

Les volailles mises au confinement

Dans l'exploitation bio de Clément Denier, 600 canards mulards sont élevés en plein air. Le niveau de risque de la grippe aviaire a atteint le stade élevé. Il est donc contraint de confiner ses bêtes pour éviter toute contamination.

"Ça va nous poser problème parce qu'il va falloir investir dans d'autres infrastructures pour pouvoir les confiner à l'intérieur. Actuellement, il me reste 500 canards, mais je ne vais pas pouvoir les rentrer dans les cabanes, parce qu'elles sont trop petites", explique-t-il à nos journalistes sur place Adrien Casanova et Chloé Nivard.

Des prix plus élevés

Cette année, la boucherie ambulante de Digne-les-Bains, L'Atelier paysan, ne recevra aucun foie gras.

"L'endroit où on les prend d'habitude n'en a plus assez, ils les gardent donc pour eux. On sera obligés de les faire nous-mêmes", précise Dorine Ughetto, directrice de l'établissement.

Conséquence : un prix plus élevé pour le consommateur. "Ce sera fait maison, donc il y aura un haussement des prix", justifie-t-elle.

Un produit plus rare, des prix qui augmentent. Les amateurs de foie gras devront redoubler d'efforts pour s'en procurer. 

Est-ce vraiment un frein pour certains ? "On ne changera pas les gens, ils continueront à en acheter. Il faut que la France continue à faire valoir ce genre de produits", affirme un client de la boucherie.

Pour une passante, il est tout à fait possible de s'en passer. "La cuisine est vaste, il y a plein d'autres produits. On peut largement trouver autre chose que du foie gras."

La meilleure chance de trouver encore quelques conserves de foie gras entier, ce sera sur les marchés de Noël. Et les premiers arrivés seront les premiers servis.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité