Bannière résultats municipales

Vidéo. Municipales à Digne-les-Bains : redynamiser le centre-ville, le débat entre les candidats du second tour

Comment garder des emplois et soutenir les entreprises en difficulté dans le cœur de ville, c’est l’un des défis des cinq candidats à la mairie de Digne-les-Bains, qui ont échangé lundi lors du débat organisé sur France 3 Provence-Alpes.

Les 5 candidats au 2nd tour des municipales 2020 à Digne sur le plateau de France 3 Provence-Alpes
Les 5 candidats au 2nd tour des municipales 2020 à Digne sur le plateau de France 3 Provence-Alpes © FTV

Après trois mois de confinement et de cessation d’activité, les entreprises dignoises ont du mal à reprendre leur souffle. D’autant que la question de la redynamisation du centre-ville occupait déjà le terrain de la campagne électorale au premier tour.

Pour Gilles Chalvet, candidat divers droite, qui est arrivé en deuxième position le 15 mars, il faut faire démarrer « l’économie organique ». C’est-à-dire « donner les moyens au territoire d’assurer son propre développement ». Gilles Chalvet propose donc d’opérer à un « désenclavement numérique et ferrovière » , et de dynamiser les activités thermales et touristiques de la ville. Pour cela, il attaque la maire sortante, Patricia Granet, de ne pas avoir réussi à toucher des aides financières durant son mandat.

Celle qui occupe actuellement le fauteuil de maire, répond que le cœur de ville a pourtant bénéficié de plus de « 32,5 millions d’euros d’investissements ». Pour la maire sortante, il s’agit désormais de faire face à la « phase rebond » post coronavirus, et ainsi « évaluer l’état des entreprises pour mieux accompagner celles qui sont en difficulté ».

Pour la liste divers gauche de France Gally, il faut tout d’abord reprendre en régie publique les Thermes de Digne-les-Bains, pour être « maître chez soi ». La candidate qui met en avant le volet citoyen de son équipe veut s’appuyer sur les forces de « l’économie sociale et solidaire ».

Richard Valla, qui représente une deuxième liste divers droite dans ce second tour, veut attirer du monde en centre-ville : « gratuité des parkings jusqu’à la fin de l’année », créer plus de stationnements en ville. Le candidat souhaite également développer le télétravail, et la télémédecine.

Enfin, pour Marie-Anne Baudoui, pour la liste Debout la France, il faut s’attaquer aux impôts : exonération des deux tiers de la taxe professionnelle, baisse des droits de terrasses, en bref, stopper la pression fiscale pour « pérenniser les entreprises et en faire venir d’autres ».


Pas d'alliance, pas de retrait

Trois mois après le premier tour, les 10 800 électeurs dignois auront à nouveau le choix entre cinq listes. 

Patricia Granet-Brunello de la liste du Centre, "Ambitions pour Digne-Les-Bains" et maire sortante fait figure de légère favorite, sortie en tête des suffrages au premier tour, avec 27,27 % des votes. 

La candidate met en avant "un désendettement historique et un investissement de 32,6 millions d’euros dans des projets structurants, sans toucher aux impôts locaux". 

Juste derrière, c'est le divers droite Gilles Chalvet pour la liste Terre Dignoise - Devoir d'Agir qui a rassemblé 21,89 % des voix. "Nous représentons l’alternative, c’est un honneur et une responsabilité", estime le candidat et médecin.  

Cette liste et ce projet "sont nés d'un espace de réflexion, notre programme veut re-dynamiser Digne", assure Gilles Chalvet.

"Nous avons à coeur de défendre notre offre de soins, d'aider à désenclaver la ville en délocalisant les entreprises, et surtout garder nos services publics", détaille-t-il.

Sur les talons du candidat DVD, avec 21,05 % des suffrages, figure Richard Valla, qui s'affiche lui aussi sous les même couleurs, avec la liste "Ensemble pour Digne-Les-Bains". Un duel à droite qui pourrait faire les affaires de la maire sortante. 

France Gally (DVG) a obtenu 15,93 % des suffrages de ce premier tour avec sa liste "Digne d'Avenir".

La candidate se targue de mener "la seule liste d’union de la gauche, soutenue par les partis. Nous avons une identité et des valeurs que nous ne retrouvons pas chez les autres candidats, c’est pour cela que nous nous maintenons", explique la candidate.

Suite à la crise du Covid-19, France Gally explique avoir revu les priorités et l’ordre du programme : un peu moins d'écologie et un peu plus de "solidarité et d'économie sociale et solidaire, comme privilégier par exemple les circuits courts".

"Ce sont des leçons de cette crise", pour Patricia Granet-Brunello. "Les enjeux de santé, d'anticipation des risques, de transition écologique et de relance économique, sont essentiels et complémentaires"

Un seul tour, les jeux sont ouverts

Plus à droite sur l'échiquier, la liste "Les Dignois d'Abord", emmenée par Marie-Anne Baudoui (Debout la France) a recueilli 13,83 % des suffrages.

"Pour moi il n'y a qu'un seul et même tour, ce second tour car tout reste ouvert et surtout tout est relancé", selon la candidate de DLF.

Avec 13 points de retard sur la maire sortante au premier tour, Marie-Anne Baudoui espère rejouer l'élection de 2014, "où nous aurions pu l'emporter si un candidat ne s'était pas désisté au profit de Mme Granet".

La conseillère municipale d'extrême droite sortante fait valoir son bilan. "Je suis élue depuis 2014, j'ai continué à travailler. Notamment pendant la crise sanitaire, nous avons été présents".

"Nous sommes déjà en train de travailler sur la relance économique de nos entreprises, nous travaillons sur les exonérations pour le entrprises", argumente-t-elle.

Pour l'ensemble des candidats, la situation avant la pandémie et après n'a plus rien à voir. Le taux d'abstention record est symbolique d'une peur lors du premier tour. Les cartes sont redistribuées et chacun espère recolter les voix des électeurs de retour aux urnes.

Un premier tour pour rien ? 

"Avec ce fort taux d’abstention au premier tour, on peut se demander ce que cela traduit du scrutin. C’est inédit que cinq listes se maintiennent", s’interroge Gilles Chalvet.

"Nous avons de nombreux témoignages d'électeurs qui ne se sont pas déplacés par peur du Covid-19 au premier tour et qui seront bien présents au second, ce qui nous conforte dans l'idée que le premier tour n'a servi à rien", explique Marie-Anne Baudoui (DLF).

Le 15 mars, le scrutin a réuni 50,55 % des électeurs de Digne-les-Bains. À titre comparatif, lors du premier tour des municipales de 2014, 68,36 % des citoyens avaient voté, soit une baisse de près de 18 points. 

Retrouvez le détail des résultats à Digne-les-Bains pour le second tour des municipales.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter