VIDEO. Municipales à Briançon : sauver la saison d'été, l'urgence de la relance économique en débat

Les trois candidats en lice au second tour des élections municipales à Briançon, dans les Hautes-Alpes, se sont retrouvés sur le plateau de France 3 Provence-Alpes. Ils ont débattu de leurs grands thèmes de campagne, notamment de la relance de l'économie locale après la crise du Covid, une priorité.

Municipales 2020 : Briançon, le débat du second tour.
Municipales 2020 : Briançon, le débat du second tour. © FTV

Les deux mois de confinement ont eu un impact très lourd sur l’économie de Briançon. Des pans entiers de son économie ont été mis à mal, le commerce et le tourisme, en particulier.

Les trois candidats en lice le 28 juin font de la relance de l’économie locale leur priorité. Ils s’accordent sur l’urgence de sauver la saison d’été.

Pour Aurélie Poyer, tête de liste "Briançon Citoyenne pour la transition écologique et Solidaire", il y a urgence car, rappelle-t-elle, "le 28 juin, c’est la saison touristique qui commence à Briançon".

La candidate Divers Gauche veut "convoquer les Etats généraux du tourisme, mettre tout le monde autour de la table, demander aux commerçants, demander aux hôteliers, aux différents partenaires institutionnels, offices du tourisme, chambres de commerce et UPE, d'aider à trouver tout de suite quelles sont les actions très concrètes que nous devons mener au lendemain du second tour".

Arnaud Murgia, tête de liste "Demain Briançon", a ajouté dans son programme "10 propositions de sortie de crise", comme l’extension des terrasses gratuites pour les commerces, la création d’un chèque solidarité ou encore le soutien à la trésorerie des entreprises…

Le candidat LR chiffre le manque à gagner en chiffres d'affaire, à 1,9 milliard d’euros pour les communes-stations des Alpes. Il y a "obligation à ce que l’été soit réussi", dit-il, soulignant que "l’été sert à faire un matelas de trésorerie faire l’intersaison et préparer la saison d’hiver, et là, la trésorerie ils ne l’ont pas".

Le maire sortant Gérard Fromm, tête de liste "Briançon unie pour l’Avenir", a rappelé qu'il applique déjà la gratuité des terrasses pour relancer l'économie. "Bien sûr ça ne suffit pas", admet-il, rappelant aussi que la région a sollicité les communes pour verser un fond d’aide.

"On a mis deux euros par habitant, pour pouvoir faire des aides directes aux entreprises qui aujourd’hui sont en difficulté, déjà 160.000 euros ont été distribués sur le Briançonnais par les plateformes d’initiative locale".

Le candidat (LDIV) reconnaît qu’il faudra aller plus loin. "On va certainement envisager très rapidement de faire la même chose", promet-il. Il veut également s’appuyer sur l’office du tourisme "pour faire revenir tous ceux qui venaient et qui ont connu Briançon et qui vont pouvoir redynamiser ce tourisme."

Aurélie Poyau veut sortir d’un tourisme basé sur deux mois de l’année. Elle ambitionne "un développement touristique sur les quatre saisons" et "un tourisme scientifique". "Il y a la possibilité d’allonger les saisons, d’étirer l’activité et de créer des emplois plus pérennes sur toute l’année", juge-t-elle.

Arnaud Murgia a lui toujours le projet de vendre l’hôtel de ville pour en faire un hôtel haut de gamme dans la cité Vauban, estimant que les 14 chambres d’hôtels actuelles sont insuffisantes dans cette zone touristique. "Il faut créer des lits", déclare-t-il, "on peut le réussir et c’est un très beau projet".

Briançon, les forces en présence

Conquise en 2009 après 18 années aux mains de la droite, Briançon peut-elle basculer le 28 juin ? Gérard Fromm, 76 ans, brigue un troisième mandat.

Menacé par la liste LR d'Arnaud Murgia, arrivée en tête au premier tour, le maire sortant ex-PS a trouvé un soutien auprès de son principal adversaire de 2014, Romain Gryzka, avec lequel il s'est rapproché pendant la crise face au Covid-19. 

"Notre gestion conjointe de la crise sanitaire nous a permis de parfaire notre connaissance et de réaliser que travailler ensemble, ce que nous avions déjà entrepris depuis trois ans, était possible et même indispensable. Notre alliance mêle expérience et dynamisme", explique Romain Gryzka à ses partisans sur sa page Facebook.

Pour le second tour des municipales, ils mèneront une liste commune, “Briançon unie pour l’avenir”. Sur le papier, cette fusion avec la liste Divers Droite permet à Gérard Fromm de combler son retard sur son challenger de droite.

Dépôt de la liste "Briançon Unie pour l'Avenir" 🤝 Liste conduite par Gérard FROMM et Romain GRYZKA Nous unissons nos...

Publiée par Romain Gryzka sur Mardi 2 juin 2020

Mais pour Gérard Fromm, les choses se compliquent avec le maintien d'Aurélie Poyau.

Entre le maire et sa première adjointe, le divorce est consommé. Lors du dernier conseil municipal du 3 juin, Gérard Fromm a retiré les délégations aux "dissidents" en lice face à lui au premier tour.

"Elle n'a aucune chance de gagner, mais elle reste par rancoeur contre moi", dit Gérard Fromm de son binôme au département. "Si elle reste, c'est pour me faire perdre, ce n'est pas pour faire gagner Briançon".

50 % de non votants au premier tour

Pour l'emporter dans cette triangulaire à haut risque, le maire mise sur la mobilisation des abstentionnistes du premier tour dans le contexte du Covid. 

"Il y a eu 50 % de non votants, et la majorité ce sont des personnes âgées qui ont eu peur d'aller voter, note Gérard Fromm, on va faire ce qu'il faut pour les rassurer, les gens veulent bien aller voter mais ils ne veulent pas tomber malade à la sortie comme ça s'est passé au premier tour".  

Et s'il est réélu, sa priorité ira aux "familles les plus défavorisées" impactées par le confinement et le déconfinement au niveau de l'emploi.

"Beaucoup de jeunes ne trouvent pas de travail, il va falloir relancer l'économie locale". L'élu veut notamment s'appuyer sur de "gros projets immobiliers qui créent de l'emploi" et sur l'hôpital et des maisons de cure.

Aurélie Poyau entend contrecarrer ses plans. Arrivée 22 voix derrière Gérard Fromm, elle dénonce son "pacte incompréhensible avec la droite".

"On n'a pas fusionné parce que justement on n'a pas réussi à s'entendre sur le programme, souligne-t-elle, sur la manière de voir l'évolution du territoire."

"Je pensais qu'il allait laisser la main, ça faisait un moment qu'il me disait qu'il fallait que je me prépare et qu'il partirait", rappelle-t-elle. 

Sa liste "Briançon citoyenne" revendique le soutien des socialistes, des communistes, des insoumis et des écologistes.

"On est la seule liste de gauche, on va récupérer les déçus de Fromm, les gens de gauche qui votaient pour lui, et ceux de Romain Gryzka qui n'ont pas supporté l'alliance", analyse-t-elle.

En début de mandat, si elle est élue, elle fait de la relance du tourisme sa priorité. 

"Le 28 juin, c'est la saison d'été qui commence, la priorité c'est vraiment de travailler avec les commerçants, les producteurs locaux et les personnes qui créent l'économie sur notre territoire pour voir ensemble quelles mesures on met en place très rapidement pour sauver la saison d'été." 

La droite rêve de reconquête

Ces divisions à gauche font le jeu de la droite qui rêve de reconquête. Et c'est Arnaud Murgia, qui entend incarner les espoirs de changements.

"J'ai toujours fais campagne depuis un an et demi sur un projet de changement, un projet de redressement pour la ville", argumente le candidat LR.

"Et c'est sur ce projet-là que je compte bien amener mon équipe à la victoire et aux responsabilités dans un contexte si difficile qui nécessitera de la cohérence, de la stabilité et un cap".

Le candidat de la droite fait lui aussi du redémarrage économique sa "priorité immédiate".

"Nous sommes une ville et une vallée très dépendantes du tourisme, et qui sera donc particulièrement touchée par la crise économique et sociale", souligne Arnaud Murgia qui envisage des mesures d'accompagnement des entreprises au niveau de la communauté de communes. 

Pour l'heure à Briançon, l'issue du scrutin reste bien incertaine d'autant que les Marcheurs sont eux aussi très divisés sur la liste à soutenir au second tour. 

Rappel du premier tour 

Au premier tour, le candidat de l'union de la droite Arnaud Murgia s'est placé très largement en tête avec 37,38 % des voix.

Le maire sortant DVG Gérard Fromm est arrivé deuxième (19,15 %), talonné par Romain Gryzka (LDVD) a recueilli 19,03 % et Aurélie Poyau (LDVG) 18,62 %. 

Stéphan Jules, candidat LREM, a recueilli 5,82 % lui permettant de fusionner. 

Au premier tour, la participation a atteint 49,35 %.

En 2014, Gérard Fromm avait été élu avec 52,71 % dans un duel face la liste Divers Droite de Romain Gryzka. 

Retrouvez le détail des résultats à Briançon pour le second tour des municipales.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections les républicains rassemblement national
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter