Zones rurales : la disparition des petits commerces accélérée par la crise de l'énergie et des matières premières

La guerre en Ukraine et l'inflation ont accentué les difficultés des petits commerces déjà très durement impactés par la crise du Covid.

Les fermetures de commerce ont explosé en France depuis la crise du Covid. Confrontés depuis l'an dernier à d'insurmontables difficultés avec la hausse des prix de l'énergie et des matières premières, ils sont nombreux à n'avoir d'autre choix que de tirer le rideau.

C'est le cas de Morgane Lécuyer, pâtissière à Barrême, village de moins de 500 âmes, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Les habitants vont peut-être bientôt devoir se passer de boulangerie. La boutique est en vente.

"Ça fait 11 onze ans qu'on a le commerce, on a racheté ici il y a 5 ans, c'est un peu notre bébé donc c'est compliqué, mais il faut passer à autre chose", confie la jeune femme le cœur gros.

Ce sera aussi la fin des tournées dans les communes alentour pour Vivien Legrand. Le boulanger a baissé son salaire de 500 euros, mais il ne s'en sort plus. "La tournée est devenue compliquée avec la hausse du carburant, explique-t-il, on a du l'impacté sur le prix de vente chaque produit, et on ne peut pas tout impacté, on a réduit le secteur et on tourne 6 jours sur 7 dans les hameaux de Barrême". 

Fermeture et licenciements

A 30 kilomètres de là, à Digne-les-Bains, la préfecture, une boulangerie va aussi fermer ses portes définitivement. Le propriétaire prend sa retraite. L'affaire est en vente, mais elle n'intéresse personne.

C'est très difficile malgré que je vends mon établissement pas très cher, en dessous de 50 % de la valeur du fond, et il n'y a toujours aucun acquéreur.

Dominique Armand, boulanger bientôt retraité

"J'arrête au mois de juin, regrette le boulanger dignois, et sans acquéreur je vais licencier le personnel malheureusement et je vais mettre la clé sous la porte".

Léa Brunet ,l'une des salariées, a décidé de changer d'orientation. "J'ai un projet, vais, je compte faire une formation pour être aide-soignante", dit-elle. 

Depuis 20 ans, la répartition territoriale des commerces n'a cessé de se déséquilibrer au détriment des zones rurales. Aujourd'hui, près des deux tiers des communes françaises n'ont plus aucun commerce.