Cet article date de plus de 4 ans

Germanwings : les familles choquées par la thèse de l'accident défendu par le père d'Andreas Lubitz

Le 24 mars marquera le deuxième anniversaire du crash de la Germanwings, qui avait fait 149 morts, les proches du pilote Andreas Lubitz tentent par une contre-enquête d'accréditer la thèse de l'accident. 
Sur le site du crash de la Germanwings.
Sur le site du crash de la Germanwings. © f3
Cela fera deux ans le 24 mars que l'A320 s'est écrasé dans les Alpes-de-Haute-Provence causant la mort de 149 personnes. Ce jour-là, Andreas Lubitz, le copilote de l'avion reliant Barcelone à Düsseldorf, avait volontairement fait s'écraser l'appareil contre la montagne. 

Günter Lubitz, le père du pilote, a convoqué une conférence de presse pour ce vendredi à Berlin. Il tenter d'accréditer la thèse de l'accident en s'appuyant sur "un "expert aérien internationalement reconnu", le journaliste Tim van Beveren, qui a mené une contre-enquête. 

"Jusqu'à présent, tout le monde s'en tient à la thèse du copilote dépressif depuis longtemps, qui aurait délibérément précipité son appareil contre la montagne dans un geste planifié. Nous sommes convaincus que c'est faux",

annonce le père du pilote dans un communiqué.

L'avocat des proches des victimes, a qualifié cette démarche d'"irresponsable", particulièrement traumatisante pour les familles en deuil.

"Je soupçonne M. Lubitz de tenter de vouloir répandre une théorie qui pourrait absoudre son fils de toute culpabilité", a déclaré l'avocat Elmar Giemulla au journal Rheinische Post.
.


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
crash germanwings faits divers accident justice société