Route d'Entrevaux à Puget-Théniers, 200 000 euros pour sécuriser cet axe meurtrier

Le département des Alpes-Maritimes a voté ce vendredi 16 avril une subvention de 200 000 euros pour cofinancer les travaux de sécurisation de cette route sur laquelle une mère de famille et sa fille de 5 ans ont perdu la vie le 1er avril dernier.

Des cercueils noirs ont été installés le long de la route pour demander des mesures de sécurité et des aménagements.
Des cercueils noirs ont été installés le long de la route pour demander des mesures de sécurité et des aménagements. © Richard Champoussin

18 morts en près de 40 ans sur cette route d'Entrevaux selon Lucas Guibert, maire d'Entrevaux. Les habitants de la vallée sont exaspérés et le terrible accident du premier avril dernier a ravivé leur douleur.

Ils ont demandé des mesures aux élus locaux et à l'État en installant des cercueils factices le long de la route et ils semblent avoir été entendus.

Des fleurs déposées devant les cercueils symboliques d'une mère et de sa fille qui ont perdu la vie sur cette route.
Des fleurs déposées devant les cercueils symboliques d'une mère et de sa fille qui ont perdu la vie sur cette route. © Richard Champoussin

200 000 euros

Le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes Charles Ange Ginésy "a annoncé lors de l’assemblée plénière de vendredi, un fonds de concours du Département pour co-financer les travaux de sécurisation qu’engagerait le Département des Alpes de Haute Provence" annonce le département dans un communiqué. 

"Dès le lendemain de l’accident mortel qui a coûté la vie à une mère et son enfant, le 1er avril dernier sur la route départementale 4202, j’ai saisi René Massette, président du département des Alpes-de-Haute-Provence, pour lui demander une action significative sur cette portion de route qui est située dans ce département limitrophe au nôtre.

Les conditions de sécurité routière de cette portion, qui concernent le bassin de vie Annot/Entrevaux/Puget-Théniers, sont largement insuffisantes, puisqu’elle est particulièrement meurtrière depuis des décennies." affirme Charles-Ange Ginesy.

Les élus locaux et les habitants demandent la pose de glissières de sécurité, la sécurisation des sorties riverains et un moyen de contrôler la vitesse, comme un radar de zone.

Le président a annoncé qu'il se rendra sur place le 29 avril prochain avec René Massette, président du Conseil départemental des Alpes-de-Haute-Provence, pour annoncer des mesures fortes en matière de sécurité routière.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sécurité routière société sécurité routes transports accident faits divers