Airbnb collecte désormais la taxe de séjour à Nice, Cannes et Antibes

© John Mac Dougall / AFP
© John Mac Dougall / AFP

Depuis ce lundi 1er août, le site américain de locations entre particuliers Airbnb élargit à 18 autres villes françaises la collecte de la taxe de séjour. Trois communes sont situées sur la Côte d'Azur.

Par Catherine Lioult

Pour les hôteliers, vent debout contre le site  américain de location en ligne Airbnb, qu'ils accusaient de concurrence déloyale, c'est une excellente nouvelle.
Après Paris et Chamonix, Airbnb élargit à 18 autres villes françaises la collecte de la taxe de séjour, dont Cannes, Nice et Antibes.
Jusqu'à présent, le "bailleur" était tenu de prélever la taxe de séjour, puis de la reverser à chaque commune. Désormais, tout est automatique, le site  basé à San Francisco, déduit automatiquement cette taxe, et la reverse aux villes.

Une taxe pour les touristes

Fixée en Conseil Municipal, la  taxe de séjour est due par chaque vacancier qui passe une nuit dans un hébergement (palace, hôtel de tourisme, résidence de tourisme, meublé de tourisme, chambre d'hôtes, village de vacances, hébergement de plein air, auberge de jeunesse). Elle permet de financer les dépenses liées à la fréquentation touristique ou à la protection de leurs espaces naturels touristiques dans un but touristique.

Les 20 villes qui accueillent 50% des voyageurs Airbnb

Selon la plateforme "ces 20 villes concernées accueillent plus de 50% des voyageurs Airbnb qui ont séjourné en France l'an dernier" . En février, la Ville de Paris a annoncé qu'Airbnb lui avait reversé 1,169 million d'euros, au titre de la taxe de séjour pour la catégorie meublés touristiques non classés, qui s'élevait à 0,83 euros par personne et par nuit, pour la période allant du 1er octobre au 31 décembre 2015.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus