Cet article date de plus de 7 ans

Alpes-Maritimes : Le préfet autorise le prélèvement de loups dans les communes de Belvédère et de Roquebillière

Afin de réduire l'exposition des troupeaux à la prédation du loup, le préfet 06 autorise, à partir d'aujourd'hui, et pour une durée de 1 mois, une opération de tir de prélèvement de 2 loups dans les communes de Belvédère et de Roquebillière, hors de la zone cœur du Parc National du Mercantour.
© FREDRIK VON ERICHSEN / DPA / AFP
La prédation exercée par le loup sur les troupeaux d'ovins s'est accentuée ces dernières années et cette tendance se confirme en 2013. Les Alpes-Maritimes sont le département le plus touché par les prédations. Celles-ci ont concerné 2417 animaux en 2012, soit plus du tiers des pertes au niveau national.
Depuis le début de l'année 2013, 355 attaques sont attribuées au prédateur dans le département des Alpes-Maritimes, ayant occasionné 1 300 victimes. Sur le seul secteur de Roquebillière et Belvédère, 60 attaques ayant entraîné plus de 200 victimes sont intervenues depuis le début de l’année.
Les services de l'Etat, et en particulier l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) se mobilisent en permanence avec l'appui des lieutenants de louveterie, des chasseurs et des éleveurs pour défendre les troupeaux contre les attaques de loups et organiser des affûts ou battues sur autorisation du Préfet.
Les mesures de protection des troupeaux et d'effarouchement du loup ont été mises en œuvre par les éleveurs présents sur les unités pastorales des communes de Belvédère et de Roquebillière : la présence de chiens de protection au sein des troupeaux est généralisée, ainsi que le gardiennage. Les pertes  liées à la prédation s’avèrent malgré tout très importantes, mettant en difficulté une économie pastorale dont le rôle en matière de gestion des espaces naturels et de maintien des paysages est par ailleurs indéniable. La mise en œuvre des tirs de défense autorisés par les éleveurs concernés n'a pas permis non plus de faire cesser les dommages causés aux troupeaux.
Une opération de tirs de prélèvement de 2 loups (mâle ou femelle, jeune ou adulte) est donc autorisée à partir du 5 août, pour une durée de 1 mois, de jour comme de nuit, par les agents du service départemental de l'ONCFS, les lieutenants de louveterie des Alpes-Maritimes nommés par arrêté préfectoral et les chasseurs habilités par le Préfet à participer aux opérations de prélèvement de loups par dérogation au statut de protection de l’espèce en vue de la protection des troupeaux.
En parallèle, 30 autorisations de tir de défense et 3 autorisations de tir de défense renforcée des troupeaux pâturant hors de la zone cœur du Parc National du Mercantour ont été délivrées au cours du mois de juillet aux éleveurs. Ces derniers sont assistés dans la mise en œuvre par les lieutenants de louveterie du département et les chasseurs agréés pour participer aux opérations de destruction ordonnées par le Préfet.
Ce prélèvement s’intègre dans le quota d’animaux susceptibles d’être prélevés sans nuire au maintien dans un état de conservation favorable des populations de loup au sein de leur aire de répartition naturelle, défini au plan national dans le cadre du nouveau plan loup.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loup montagne environnement