• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Alpes-Maritimes : trois lieux d'abattage pour l'Aïd El Kebir les 11 et 12 août prochains

Les moutons sont abattus pendant l'Aïd El Kebir dans des conditions définies par l'Etat. / © FRANK MULLER / MAX PPP
Les moutons sont abattus pendant l'Aïd El Kebir dans des conditions définies par l'Etat. / © FRANK MULLER / MAX PPP

C'est l'une des fêtes les plus importantes de l'Islam qui commémore le sacrifice d'Abraham. A cette occasion, l'Etat encadre l'abattage rituel. Dans les Alpes-Maritimes, il y aura trois sites, dont deux temporaires.

Par Catherine Lioult

On l'appelle Aïd el-Kébir (la grande fête" en arabe)  ou encore Aïd al-Adha (fête du sacrifice) et cette histoire est racontée dans l'Ancien Testament. Elle fait état du geste d'Abraham, prêt à sacrifier son fils Ismaël. Dieu aurait éprouvé sa foi et voyant qu'il allait obéir, aurait
envoyer l'archange Gabriel. Ce dernier aurait substitué au dernier moment l'enfant par un mouton comme offrande sacrificielle.
Chaque année, cette fête est célébrée par la communauté musulmane mais cet abattage rituel est encadré par les services de l'Etat pour respecter les règles d'hygiène et de sécurité. substitue au dernier moment l'enfant par un mouton qui servira d'offrande sacrificielle.

Trois sites d'abattage


Ce 11 et 12 août, trois lieux sont prévus dans le département des Alpes-Maritimes.
Il s'agit de : 
► L'abattoir de Puget-Théniers pour les bouchers professionnels
►L'abattoir temporaire d'Escragnoles au lieu-dit la Bastide, mais il ne sera ouvert que le dimanche 11 août.
►L'abattoir temporaire de Contes (2130 route de Chateauneuf).

La direction départementale de la protection des populations-services vétérinaires contrôle ces abattages.
 

Des sanctions pour les contrevenants


La préfecture des Alpes-Maritimes rappelle qu'abattre un animal dans un site non autorisé expose le contrevenant à des sanctions (articles L 237-2 et R 215-8 du code rural) allant jusqu'à six mois d'emprisonnement et de 15 000 euros d'amende.
Par ailleurs, un arrêté préfectoral du 3 juillet 2019 limite les mouvements d'animaux de l'espèce ovine dans le département du 15 juillet au 12 août 2019, sous peine là encore de sanctions.

A lire aussi

Sur le même sujet

Jérôme Viaud (06), maire de Grasse revient sur la dégradation de sa permanence

Les + Lus