Alpes-Maritimes : des associations opposées à la déviation de l’ex-RN7 entre Antibes et Cannes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Véronique Lupo
Des panneaux affichés à Golfe-Juan l’annoncent : les travaux de l’ex-RN7 qui reliera Golfe-Juan à Antibes sont en bonne voie.
Des panneaux affichés à Golfe-Juan l’annoncent : les travaux de l’ex-RN7 qui reliera Golfe-Juan à Antibes sont en bonne voie. © A. Le Hars- FTV

Les travaux pour la déviation de l’ex-RN7 qui reliera Golfe-Juan à Antibes ont été officiellement relancés le 7 janvier dernier par Charles-Ange Ginésy, président du Département des Alpes-Maritimes. Ce projet qui permettrait de délester la nationale est loin de remporter l’unanimité puisque 8 associations s’y opposent.

Entre changements de municipalité et donc d’objectifs, l'évolution des infrastructures et des routes, ce projet est un véritable serpent de mer.

C'est finalement il y a quelques semaines que les services du département des Alpes-Maritimes ont repris les travaux du second tronçon de la déviation à Golfe-Juan.

Près de 3 km qui vont relier le rond point Massier au rond point des Eucalyptus à Antibes. Le nouveau tronçon suivra cet axe :

La première étape, qui a consisté à réaménager une chaussée de 750 m située entre le pont de l’Aube et l’avenue Massier, s’est achevée avec son inauguration le 6 juillet 2018. 

Un projet imaginé dans les années 70

Ce projet qui entre dans le Plan mobilité 2028 du département des Alpes-Maritimes a été pensé parce que ce secteur est à forte densité, qui subit un trafic de transit important et atteint régulièrement son seuil de saturation.

Initié par le Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, il devrait voir le jour à la fin de l’année 2024 avec la réalisation d’une déviation de la RD 6007, dernier tronçon d’un programme engagé depuis les années 70.

C’est à la suite du transfert des routes nationales que le Conseil départemental a repris ce projet à son compte en 2006 avec la réalisation d’une déviation de la RD 6007, dernier tronçon de cette réalisation.

Pour voir l'intégralité du dossier concernant cette déviation et plus particulièrement le tronçon entre le carrefour des Eucalyptus et le carrefour du Pont de l’Aube cliquez ici.

Le coût de ce projet qui va devenir réalité s'élève à 25 millions d'euros dont 12 millions pris en charge par le département.

10 ans d'opposition

Nous sommes dans un combat perdu d’avance mais nous continuons de nous battre,

Théo Alcaroni, collectif Stop Déviation 06

Voilà plus de 10 ans que de nombreuses associations se battent pour empêcher l’avènement de ce projet. De recours en recours, de refus en refus, les opposants commencent à perdre espoir mais ne baissent pas les bras.

S’il le faut, nous ferons du porte à porte pour alerter les riverains. On aura vraiment tout essayé pour empêcher notamment la perte de valeur des logements en raison du bruit qui sera occasionné par cette voie rapide,

Théo Alcaroni, collectif Stop Déviation 06

Fin janvier, ces militants se rendront sur place pour un évènement festif afin de sensibiliser le public sans agressivité.

Une vidéo explicative et engagée a été postée sur YouTube par les membres du collectif « Stop Déviation 06 » et a été visionné plus de 500 fois.

Les riverains sont nombreux à protester contre cette déviation. Parmi eux, un ancien membre du conseil municipal de Vallauris Golfe-Juan qu’il a quitté en 2020, Jean-Noël Falcou. Il avait été à l’itérative de l’un des recours déposés qui avaient ralenti la mise en route de la déviation.

C’est une vraie catastrophe pour Vallauris Golfe-Juan. Ça ne changera rien aux problèmes de circulation. Ce projet avait été lancé au moment où il n’y avait pas d’autoroute.

Jean-Noël Falcou, soutien au collectif Stop Déviation 06

Parmi ses arguments, le passage en sens unique de la route du bord de mer, qui produira selon lui un surplus de circulation sur l’ex RN7.

Pour cet opposant, tout cet espace aurait pu être utilisé pour rénover et sécuriser la nationale existante.

Ou pour en faire des espaces verts.

2 650 signatures pour dire non

Les opposants à cette déviation à Golfe-Juan ont recueilli 2 650 signatures pour une pétition qui circule en ligne. Ils se sont réunis en un collectif : Greenpeace Nice, Alternatiba 06, Terre bleue, Anv Cop-21 Nice, Citoyens pour le climat, Attac 06, Pactes et My Sophia-Antipolis.

Une pétition dans laquelle plusieurs points sont avancés tels que le risque d’inondation. Selon les signataires, "aucun des bassins de rétention prévus sur le plan technique ne pourra remplacer l’absorption de 7 hectares de terres naturelles, donc le risque d’inondation ne peut qu’augmenter ».  Ainsi que la pollution sonore et la pollution de l’air.

"C’est pourquoi nous aurions préféré qu’on fasse de ces kilomètres d’espace vert des jardins ou des parcs" s'insurge Théo Alcaroni du collectif Stop Déviation 06.

Dans le cadre du Plan Mobilité 2028, le Conseil départemental investit 500 millions d'euros dont 576 qui seront dédiés aux infrastructures routières.  

Le projet du département sur les travaux de l'ex RN7 a officiellement été présenté le 20 janvier.

"Je suis très fier de la concrétisation de ce projet, véritable « serpent de mer » depuis les années 60. Aujourd’hui, en étroite relation avec le Département des Alpes-Maritimes et la Communauté d’Agglomération Sophia-Antipolis, mon équipe et moi-même nous réjouissons de la mise en œuvre d’un projet important de notre programme. Il s’agit d’un aboutissement pour Vallauris Golfe-Juan qui gagnera tant en termes de tranquillité publique que de protection de l’environnement", a précisé Kévin Luciano, Maire de Vallauris Golfe-Juan

Les travaux devraient s’achever en 2024.

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.