Antibes : le street-art s'empare de la ville

Publié le Mis à jour le
Écrit par Emma Arnau
Dans toutes la ville, les fresques murales s'exposent pour le plus grand plaisir des promeneurs
Dans toutes la ville, les fresques murales s'exposent pour le plus grand plaisir des promeneurs © Djamel Mouaki/FTV

Depuis le 23 octobre et jusqu'au 7 novembre, le Festival International d'art urbain Coul'Heures d'Automne fait la part belle aux fresques murales. Graffitis, tags et mosaïques s'emparent des murs de la ville. 25 street-artists laissent leur imagination déborder.

Antibes et Juan-les-Pins comme un musée à ciel ouvert. Le street-art s'invite dans le quotidien des habitants et des visiteurs en s'exposant sur les murs, les façades, les panneaux ou même une centrale éléctrique. 25 artistes français et internationaux colorent les rues le temps des vacances, pour la deuxième édition du Festival International Coul'Heures d'Automne

Place nationale, boulevard Raymond-Poincaré, route de Saint-Jean, un peu partout dans la ville, vous pouvez découvrir les œuvres peintes. Achevées, ces fresques murales géantes resteront deux ans, avant de se laisser effacer par le temps qui passe.

Les visiteurs, acteurs du festival

L'année dernière, l'édition avait été un succès. "On a une adhésion absolument extraordinaire des Antibois, de tout âge, ça touche toutes les générations. Beaucoup de gens nous interpellent en nous disant "merci de faire ça pour notre ville". La grande qualité de l'art urbain, qu'on aime ou qu'on aime pas l'oeuvre, c'est que les gens apprécient le geste et que ça rentre dans leur quotidien. Et on change ce regard sur notre environnement urbain" nous explique Skio, street-artist et organisateur du festival. 

César Malfi est un street-artiste niçois de 25 ans. Lui s'est lancé dans une fresque géante représentant son interprétation de la Pietà, la statue en marbre de Michel-ange. "Le cœur de mon travail artisitque, c'est de faire revenir des œuvres qui ont déjà de la légitimité artistique, comme les œuvres de l'antiquité et de la Renaissance italienne pour démocratiser le street-art et lui donner une légitimité supplémentaire. Montrer que l'art urbain, qui est assez moderne, s'inscrit tout de même dans l'histoire de l'art. Ça n'est pas complètement sorti de nulle part." 

En plus des murs, le festival propose des coul'box. Des panneaux éphémères sur lequel graffeurs et novices peuvent créer. Des ateliers pour les plus petits sont même organisés, notamment à la Pinède Gould de Juan-les-Pins.

Alors, reussirez-vous à tous les trouver? Le centre d'Art Urbain et Musical la sChOOL vous accueille pour en découvrir une bonne partie jusqu'au 7 novembre. 

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.