L'interdiction de brûler des déchets dans les Alpes-Maritimes prolongée

Une chape de fumée blanchâtre avait élue domicile le 17 novembre à Antibes. Rien de mystérieux et d'inquiétant, il s'agissait en fait d'un feu de végétaux fait par un particulier. Ce 30 novembre, l'interdiction de brûler des déchets dans les Alpes-Maritimes est prolongée.

Au dessus de BIot-Antibes ce vendredi matin
Au dessus de BIot-Antibes ce vendredi matin © Laurent Verdi
Depuis ce 30 novembre, il est de nouveau impossible de brûler des végétaux dans les Alpes-Maritimes.
La préfecture des Alpes-Maritimes vient de prendre un arrêt établissement d’une nouvelle période rouge réglementant l’emploi du feu dans le département jusqu'au 31 décembre 2017 inclus.

Les conditions de sécheresse persistantes induisent à nouveau des risques de feux de forêt

Les conditions :

Retour sur le feu du 17 novembre à Antibes :


Il suffit de se déplacer pour apercevoir des panaches de fumée sur les collines, les uns brûlant des feuilles mortes, d'autres écobuants leur talus. C'était le cas ce vendredi 17 novembre, un épais nuage est resté bloqué dans le ciel à l'est d'Antibes. Les pompiers sont intervenus pour contenir le tas de végétaux en flamme.
Un beau panache dans le ciel antibois ce vendredi matin.
Un beau panache dans le ciel antibois ce vendredi matin. © Michel Bernouin

Est-ce autorisé ?

Selon la loi, un particulier n'a pas le droit de brûler ses déchets ménagers à l'air libre. Les déchets dits "verts" produits dasn un jardin (coupe d'herbe, feuilles mortes, tailles...) sont considérés comme des déchets ménagers. Mais alors que faire ? Les déchets verts doivent en fait être déposés en déchetterie ou dans le cadre de la collecte sélective organisée par votre commune. Il existe aussi un solution plus écologique encore, le compost individuel.

►Dérogation :
Néanmoins, dans une zone rurale ou péri-urbaine dépourvue de déchetterie dans laquelle aucun système de collecte n'est prévu, il est possible de faire brûler ses déchets verts dans son jardin sous certaines conditions. Ce qui n'est pas le cas par exemple à Antibes, puisqu'il existe une déchetterie accessible aux particuliers  (voir les conditions d'accès).
La Fontonne, Antibes
La Fontonne, Antibes © Michel Bernouin

Au-delà du risque incendie qui reste très élevé, et comme le rappelle AirPaca, ce type de pratique est très polluant. 

Vers La Fontonne à Antibes
Vers La Fontonne à Antibes © Michel Bernouin

►Période d’interdiction de l’emploi du feu dans le Var jusqu'à ce 30 novembre

En raison, de l'important déficit pluviométrique provoquant un niveau de sécheresse très sévère des sols et de la végétation, la préfecture du Var a elle décidé de prolonger l'interdiction de brûlage jusqu'à ce 30 novembre.

► Stop au brûlage ?

Une Grassoise, Sandrine Bargain a lancé une pétition "Stop Brûlage". "C'est interdit de fumer dans les lieux publics, explique-t-elle, C'est incohérent de faire des feux dans les jardins de façon intempestive."
"J'ai deux enfants asthmatiques, précise Sandrine Bargain, Quand certains brûlent leurs déchets verts, je suis obligée de quitter ma maison car cela provoque des crises. Même si vous n'êtes pas asthmatique, c'est très incommodant."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
incendie faits divers