Cet article date de plus de 4 ans

Brûlages dirigés dans les Alpes-Maritimes : la prévention du feu par le feu

Comme chaque hiver jusqu'à la fin de mois de mars dans les Alpes-Maritimes, les hommes de Force 06 épaulés par les pompiers mènent des écobuages, ou brûlages dirigés. Près un millier d'hectares sont volontairement brûlés dans le haut-pays pour prévenir les incendies le reste de l'année.
Feu de broussailles à la suite d'un écobuage
Feu de broussailles à la suite d'un écobuage © Photo Maxppp/PQR
Si vous croisez un pompier un chalumeau à la main au détour d'une route du haut-pays des Alpes-Maritimes, n'ayez crainte ! Jusqu'à la fin du mois de mars, les hommes du SDIS 06 (Service Départemental d'Incendie et de Secours) prêtent main forte à ceux de Force 06 pour mener à bien des brûlages dirigés, ou écobuages.

durée de la vidéo: 02 min 54
L'écobuage, la prévention du feu par le feu (06)

Nettoyer les broussailles

Chaque hiver, le feu est ainsi mis volontairement à différentes parcelles choisies dans le cadre de la DFCI, Défense des Forêts Contre les Incendies. Il permet de nettoyer le terrain de ses broussailles, particulièrement inflammables.

Cet hiver, 1.000 hectares ont fait l'objet de brûlages dirigés. Ces opérations sont menées depuis 15 ans, et, selon les pompiers, elles ont largement contribué à réduire les départs de feu en été, mais aussi les feux d'hiver, souvent attribués à des bergers qui nettoyaient eux-mêmes leurs parcelles.

Depuis le 1er janvier, seuls 70 hectares ont été détruits par ces feux d'hiver, surface 3 à 4 fois moins importante qu'il y a 15 ans.

Pour les particuliers, les écobuages et de façon générale l'usage du feu, lors de débrouissaillements par exemple, est strictement réglementé par arrêté préfectoral.

Rappel des bonnes pratiques de l'écobuage :

► vent inférieur à 20 km/h,
►  ne procéder à l’opération qu’en absence d’épisode de pollution de l’air,
► réaliser l’opération uniquement entre 10h et 15h30,
► limiter la surface à 1 hectare d’un seul tenant,
►  ceinturer le périmètre de l’opération par une bande de sécurité débroussaillée et ratissée de 5 mètres minimum,
► être conduit en bandes successives,
► être surveillé en permanence par des personnes en nombre suffisant (2 personnes à partir de 100 m²), et équipées de moyens permettant d’en assurer le contrôle et l’extinction à tout moment,
► procéder à et s’assurer en fin d’opération de l’extinction totale des foyers, uniquement par noyage, avant de quitter les lieux.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
pompiers faits divers feux de forêt incendie