• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Une pétition contre la “bétonisation” de Sophia-Antipolis recueille des milliers de signatures

D'ici 2030, 500 000 m² de constructions devraient voir le jour à Sophia-Antipolis. / © France 3 Côte d'Azur
D'ici 2030, 500 000 m² de constructions devraient voir le jour à Sophia-Antipolis. / © France 3 Côte d'Azur

D'ici 2030, près de 500 000 m² de constructions devraient voir le jour à Sophia-Antipolis. Une aberration pour certains habitants, qui s'opposent au projet : une pétition en ligne a déjà obtenu plus de 6000 signatures.

Par Léa Bouquet

De moins en moins d'arbres et de plus en plus de béton à Sophia-Antipolis : c'est ce que dénonce une pétition, publiée sur le site change.org et adressée aux élus de la technopole.

En à peine deux mois, celle-ci a récolté plus de 6000 signatures.
 
 

Vers un paysage dénaturé ? 


D'ici 2030, 500 000 m² de constructions devraient sortir de terre... au détriment de la forêt.

Claudio Perini, le lanceur d'alerte, craint que l'urbanisation vienne dénaturer le paysage et ait des conséquences directes sur l'environnement. Dans sa pétition, il rappelle son attachement à la technopole. 
 

Nous habitons ou travaillons à Sophia Antipolis, un lieu familial, calme en dehors des heures de pointe, et largement préservé. À la maison ou au travail, notre regard se pose constamment sur les forêts tout autour, et dans ces forêts nous aimons nous promener et faire du sport en plein air. 

 

Un projet controversé


En bordure du parc de la Valmasque, un centre commercial de 60 000 m² devrait notamment ouvrir ses portes. Mais le projet "Open Sky" ne séduit pas tout le monde : les commerçants déjà présents sur la technopole craignent d'y voir s'installer la concurrence. 
 


Dans sa pétition, Claudio Perini s'oppose à cette idée gargantuesque : "L'utilité publique (de ce centre commercial) est très contestable, la zone étant déjà saturée de commerces."

Les signataires de la pétition réclament enfin "un véritable développement vert" et respectueux de l'environnement.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les "jeunes ambassadeurs" du cinéma indépendant à Cannes

Les + Lus