Le musée de Vence propose jusqu'au 12 novembre une expérience qui mêle réalité augmentée, art numérique, lumières et graphisme.

D'abord, on croit qu'il ne s'agit que d'un globe de verre posé sur une table. Mais lorsqu'on l'observe à travers une plaque de verre installée juste à côté, l'œuvre se révèle : par un jeu de projection de lumière, des flocons apparaissent qui tourbillonnent au cœur du globe, comme dans une boule à neige.

Cette technique d'illusion, qui consiste à projeter une image sur un écran de verre incliné pour faire apparaître une forme flottante, avait déjà été mise à l'honneur dans les salles de spectacle. Elle avait permis à la cantatrice Maria Callas de revenir à la vie pour un concert holographique en 2018, ou bien au candidat à l'élection présidentielle Jean-Luc Mélenchon d'apparaître en simultané dans 12 villes de France en 2022.

Cette technique trouve un usage créatif nouveau au musée de Vence (Alpes-Maritimes), qui héberge jusqu'au 12 novembre les travaux pluridisciplinaires du duo d'artistes lyonnais formé par Claire Bardainne et Adrien Mondot. L'exposition "Voir l'invisible", qui leur est consacrée, donne à voir une vingtaine de modules où des formes virtuelles s'ajoutent à des tableaux ou sculptures, grâce la réalité augmentée, aux illusions d'optique ou à un casque de réalité virtuelle.

"On va avoir des œuvres pour elles-mêmes, mais, avec un appareil, on peut découvrir autre chose en plus de l'œuvre existante", explique Cédric Fioretti, le directeur adjoint du musée.

Du dessin et de l'animation en 3D

Ainsi, un livre ouvert sur une table laisse apparaître une bâtisse en papier. À travers l'écran d'une tablette, on observe des personnages prendre possession des lieux et interagir avec le décor de papier  bien réel, lui  pour rejouer un mythe raconté par Ovide dans ses Métamorphoses. À l'extérieur, le même processus permet de voir des créatures volantes quitter un tableau pour habiter, sur l'écran du smartphone, la placette qui jouxte le musée.

Pour fonctionner, ces dispositifs requièrent des techniques des plus simples aux plus avancées, du dessin à l'animation en trois dimensions. Les formations pluridisciplinaires des deux artistes permettent de répondre à ces besoins. Claire Bardainne est à la fois plasticienne, scénographe et designer et Adrien Mondot a suivi des formations en art du cirque et en informatique. Ensemble, ils ont remporté en 2015 le Prix de la création interactive de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD).

"On est très fiers de les recevoir", lance le directeur adjoint du musée, certain qu'avec les succès à venir, le duo d'artistes sera bientôt plus difficile à programmer.

"Tout est fait pour que l'exposition plaise à tous, des grands-parents jusqu'aux enfants."

Cédric Fioretti, directeur adjoint du musée de Vence

"C'est une exposition tout à fait méditative, mais également très poétique", exprime le directeur adjoint du musée. L'expérience est par ailleurs ludique. Dans une salle plongée dans le noir, les visiteurs peuvent interagir avec des flocons projetés au plafond. Certains après-midis, le musée laisse la place aux enfants pour dessiner dans cette pièce des formes de couleur grâce à des petites lampes. "Tout est fait que l'exposition plaise à tous, des grands-parents jusqu'aux enfants", confie Cédric Fioretti.

Les grands-parents, les enfants et tous les autres peuvent voir l'exposition au musée de Vence jusqu'au 12 novembre, du mardi au dimanche de 11 heures à 18 heures. L'entrée coûte 6 euros (3 euros en tarif réduit pour les étudiants et les mineurs) et est gratuite pour les enfants de moins de 12 ans.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité