L'eau était fraîche en ce premier jour de l'année : 14°C. Mais ça n'a pas découragé les aficionados de la baignade toute l'année, de se jeter à l'eau !

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

À Antibes (Alpes-Maritimes), le thermomètre dépasse tout juste les 10 degrés. Pourtant, ce lundi matin, ils étaient près de 400 à s'être donné rendez-vous sur le sable de la plage de la Salis, en maillot de bain. Tous là pour honorer une tradition bien ancrée chaque 1ᵉʳ janvier : le bain du Nouvel an.

L'eau affichait une température de 14°C. "C'était froid, comme sur un iceberg, mais ça permet de bien commencer l'année 2024", raconte Agnès, en sortant de l'eau. Elle est fidèle à cette tradition depuis douze ans. "Cette année, il n'y avait pas de méduse, un peu moins de soleil, mais c'était formidable !"

Attention toutefois au choc thermique. L'idéal est de rentrer dans l'eau progressivement et de se mouiller la nuque.

Sur place, le rassemblement était encadré par des sapeurs-pompiers.

On a de la chance : il fait beau et pas trop froid. Donc on peut aller facilement dans l'eau. Mais si vous avez passé des fêtes très arrosées, nous déconseillons de faire cela en état d'ébriété.

Arnaud Desevedady, sapeur-pompier professionnel

Cette ancienne habitante d'Antibes était aussi de la partie. "J'ai passé 35 ans à vivre ici et je ne l'ai jamais fait. Maintenant que je ne suis plus ici, je le fais !" À ses côtés, son amie est restée habillée, se contentant d'immortaliser le moment avec son téléphone. "C'est trop froid pour moi, je ne suis pas aussi courageuse !"

Après une trentaine de minutes dans l'eau, les participants sont ressortis et les secouristes n'ont noté aucun malaise. "Maintenant, il faut se réchauffer, boire une boisson chaude pour se réhydrater. Mais évidemment pas du vin chaud !", précise l'infirmier-capitaine Arnaud Desevedady. Et ça tombe bien : les organisateurs avait tout prévu.

Alors, à l'année prochaine ?

(Avec Diane Cacciarella, à Antibes)