A Coursegoules, la victoire des anti-bruit contre le projet d'héliport défendu par la municipalité

La mobilisation a payé. Le maire du village de Coursegoules annonce l'abandon du projet d'installation d'un héliport dans la commune de l'arrière-pays vençois. Une pétition a rassemblé plus de 5000 signatures.

La délibération 2021-28 qui nous permettait d’étudier le projet en toute transparence (...) a été incomprise par nos concitoyens. Nous en assumons la responsabilité et nous en reconnaissons la maladresse.

C'est en ces termes, dans un communiqué, que le maire de Coursegoules, Dominique Trabaud, vient de mettre fin à la polémique.

Compte tenu des éléments suivants : perte de la notion d'utilité publique, incertitudes constatées, manque de visibilité à moyen terme sur l’impact environnemental, et économique, le Maire et le Conseil Municipal, émettent un avis défavorable à la poursuite du projet d’installation de cette société sur notre commune.

Le projet d'installation de la société Heliprotection sur le territoire du village d'à peine plus de 500 habitants dans l'arrière-pays vençois subissait depuis quelques jours de vives attaques.

Une pétition, lancée par le collectif "Non à l'héliport"  avait rassemblé quelque 5000 signatures, mobilisant bien plus largement que la population du village.

Nous saluons cette décision juste et sage et nous remercions chacun des membres du Conseil Municipal d'avoir pris le temps de ré étudier ce dossier en prenant connaissance des attentes de chacun.

Collectif Non à l'héliport à Coursegoules

Sur son site internet, le collectif ajoute :

La nature a repris ses droits… Nous collectif, nous n'avons été que son porte-parole.

Au mot "héliport", utilisé par ses détracteurs, le maire préfère le terme de "base de stationnement d’hélicoptères" pour désigner ce projet qui ne sortira pas des cartons. 

Tout en annonçant son abandon, l'élu explique avoir vu dans ce projet une opportunité de "créer une structure avec une notion d'utilité publique grâce à la mise en place sur site d'un moyen de lutte contre les incendies ainsi qu'un moyen supplémentaire de secours en lien avec le SDIS 06".

Opportunité également "d'implantation à d'une ZAC synonyme d'installation de petites entreprises, et donc de création d'emplois".

Des arguments qu'il n'a pas su ou pu faire peser face à ses opposants.

Avec l'abandon de ce projet, le conseil municipal programmé demain vendredi 22 octobre à Coursegoules devrait lui aussi être moins bruyant que prévu.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement société transports économie