• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

VIDEO - “Elle était sous emprise” raconte l’ancien employeur de Salomé, tuée à Cagnes-sur-Mer

Serge Noël, pâtissier à Grasse a été l'employeur de Salomé. Il décrit une jeune-femme sous emprise. / © FTV Laurence Collet
Serge Noël, pâtissier à Grasse a été l'employeur de Salomé. Il décrit une jeune-femme sous emprise. / © FTV Laurence Collet

Salomé n'a travaillé que 4 mois pour ce pâtissier de Grasse. Et selon lui, il n'y a aucun doute. La jeune-femme était harcelée par son compagnon et pleurait régulièrement au travail.

Par Coralie Chaillan & Nathalie Layani

Serge Noël est pâtissier à Grasse et décrit Salomé comme une employée modèle, une jeune-fille souriante, dynamique et volontaire. Embauchée début mars après avoir arrêté ses études, elle démissionnera au bout de trois semaines.

Elle est partie sous la pression de son petit copain, qui à mon avis n’acceptait pas qu’elle travaille. Il nous a même harcelé en nous appelant jusqu’à 11h du soir. 

L’ancien employeur de Salomé précise que souvent, le petit-ami passait des heures, sur un banc, face à l'établissement pour surveiller Salomé. Il précise que la jeune-fille pleurait souvent pendant ses heures de service. Pour lui, cela ne fait aucun doute, Salomé était sous emprise dans homme, avec qui elle partageait une relation depuis 2 mois. 

Elle m’a dit, je l’ai dans la peau.

Aujourd’hui, Serge Noël demande justice pour Salomé, / © Laurence Collet FTV
Aujourd’hui, Serge Noël demande justice pour Salomé, / © Laurence Collet FTV

Récemment, Salomé avait quitté Grasse pour s’installer avec son petit-ami, dans une résidence de Cagnes-sur-Mer, malgré les mises en garde de ses proches, et de son employeur Serge Noël :

 J’ai eu le malheur de lui dire : tu attends quoi ? De finir dans un cercueil ? Malheureusement, je n’aurais peut-être pas dû avoir ces paroles à l’époque [...] J’ai eu un pressentiment.  


Aujourd’hui, Serge Noël demande justice pour Salomé, il se dit à la disposition des enquêteurs, prêts à témoigner.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Interview de Thérèse Schermann-Descamps

Les + Lus