"Gentille", "pleine de vie", ils se rassemblent en la mémoire de "Gigi", victime d'un féminicide à Cagnes-sur-Mer

Elle avait 44 ans et elle est décédée, chez elle, en début de semaine. Vendredi, plusieurs personnes sont venues au pied de sa résidence pour lui rendre hommage. Son conjoint, un homme de 42 ans, a été mis en examen et nie les faits.

Ils étaient plusieurs dizaines de personnes, ce vendredi, à s'être rassemblées dans le quartier du Val Fleury à Cagnes-sur-Mer (Alpes-Maritimes). Dans leurs mains : des fleurs et des bougies, pour rendre hommage à celle que tout le monde surnomme "Gigi", une aide-soignante de 44 ans.

C'est là qu'elle habitait avec son compagnon. C'est là que son corps sans vie a été découvert, lundi dernier. Les enquêteurs évoquent un "homicide sur conjoint ou concubin" alors que son compagnon était sous l'emprise d’alcool et de stupéfiants au moment des faits.

"'Gigi' était appréciée par beaucoup de gens"

En silence, des collègues, anciens collègues et proches de "Gigi" ont souhaité rendre hommage à une aide-soignante "gentille, hors pair, pleine de vie, toujours souriante". "C'est quelqu'un que je connais depuis plus de vingt ans. Elle travaillait à la clinique Saint Jean avec nous", explique un de ses collègues.

Pour lui comme pour d'autres, l'annonce de la mort de "Gigi" a été un choc et les témoignages alternent entre présent et passé.

Aujourd'hui, elle nous quitte et ça fait mal. J'ai encore du mal à le croire. Ca fait trois jours que je ne suis pas bien à cause de ça.

Un collègue de "Gigi"

"Cette femme était électrique, c'est notre rayon de soleil !", poursuit une autre participante à l'hommage. "Ce soir, cela montre que 'Gigi' était appréciée par beaucoup de gens, y compris par des personnes qui ont quitté l'établissement depuis une dizaine d'années."

Au sol, devant les fleurs et les bougies, des feuilles de papier ont été déposées. Sur chacune, le prénom -quand il est connu- d'une femme décédée sous les coups de son conjoint depuis le début de l'année. Et ce chiffre, brandit par une des personnes présente au rassemblement : "au 1er mars 2024, au moins 31 féminicides, dont 25 par conjoint ou ex-conjoint".

(Avec Magali Roubaud-Soutrelle, à Cagnes-sur-Mer)