Coronavirus : au sein de l'Ehpad La Riviera à Mougins, une infirmière témoigne

Pour la première fois depuis le début de la crise, les journalistes ont pu pénétrer à l'intérieur de l'Ehpad La Riviera de Mougins où plus de 30% des résidents sont morts du Covid-19. Ce jeudi 9 avril, l'établissement a mis en place un dispositif de sectorisation de la circulation intérieure.

Trente-quatre des 109 résidents de l'Ehpad La Riviera de Mougins sont morts du Covid-19.
Trente-quatre des 109 résidents de l'Ehpad La Riviera de Mougins sont morts du Covid-19. © Nathalie Jourdan FTV

Le personnel s'exprime

Marina Candon est infirmière depuis 2 ans au sein du groupe Korian. Début Mars, après les premiers décès, elle est appelée en renfort au sein de l'Ehpad La Riviera à Mougins

On ne s’attendait pas à un tel cataclysme. La vitesse à laquelle nos résidents sont partis, c’est là où c’était très difficile. Qui était expérimenté pour faire face à une telle catastrophe humanitaire, le gouvernement même ne l’était pas !

Les familles ont reproché à l'établissement un manque de communication et de transparence sur l'état de santé de leurs proches.
 

Une famille de l'une des victimes a porté plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui et le parquet de Grasse a ouvert une enquête.

Les responsables de l’Ehpad déclarent de leurs côtés que toute leur attention et leur temps étaient principalement dédiés aux résidents.

La directrice générale du groupe Korian, le leader européen des maisons de retraite, Sophie Boissard a reconnu que "la violence de l'épidémie a été telle que l'information et les contacts n'ont peut-être (pas) été ce qu'ils auraient dû être au quotidien". 

Des tests sur le personnel avaient révélé lundi que 14 des 50 personnes travaillant dans cet établissement sont positifs au Covid-19.
 

Les mesures prises par l'établissement

Le directeur de l'établissement, Michaël Montagné, a tenu à expliquer aux journalistes les mesures mises en place depuis le début de la crise sanitaire.

Dès le 3 mars, la prise de température et l’émargement sont rendus obligatoire pour tout les visiteurs. Leur nombre est limité à un visiteur par résident, une mesure décidée par le groupe Korian une semaine avant les recommandations nationales.

Trois jours plus tard, les gestes « barrières » ont été appliqués au sein de l'établissement, également une semaine avant les indications nationales. Le 16 Mars, comme dans tous les établissements du groupe Korian en France, l’isolement a été mis en place.

De plus, les salariés et les soignant ont plus de leur tenue « habituelle » un équipement à usage unique : blouses, charlottes, gants et sur-chaussures. Depuis ce milieu de semaine, une aide psychologique est apportée au personnel.

Pour le maire Richard Galy, la réactivité de l'Ehpad a "probablement souffert" de l'absence du directeur et du médecin coordinateur, au lit avec 40°C de fièvre avec le virus dès la première semaine. 

Des secteurs "étanches"

"Au regard de ces 19 tests "non conclusifs", sur la recommandation de l'ARS, l'établisement a mis en place trois secteurs distincts : un destiné aux résidents testés négatifs, un autre aux résidents testés positifs et symptomatiques, un dernier pour les résidents testés positifs mais asymptomatiques ainsi que pour les résidents testé inconclusifs. "Chacun dans une aile différente", précisait en amont le groupe Korian gestionnaire de l'Ehpad. 
 
Des tests sur le personnel avaient révélé lundi que 14 des 50 personnes travaillant dans cet établissement
Des tests sur le personnel avaient révélé lundi que 14 des 50 personnes travaillant dans cet établissement © Nathalie Jourdan FTV

Chacun de ces secteurs dit "étanches" toujours selon la direction, dispose de sa propre équipe soignante dédiée.

"Le personnel des différents secteurs ne se croise jamais"

Cependant, la directrice de l'Ehpad La Riviera, Marin Artz, reconnaît qu'il est impossible d'affecter du personnel dans chaque chambre et qu'il arrive que certains pensionnaires, notamment ceux qui ont des troubles cognitifs, se déplacent dans les couloirs. Elle précise également qu'il est interdit de confiner les résidents contre leur gré.


Reportage réalisé par Nathalie Jourdan et Denis Pardanaud, diffusé sur l'antenne de France 3 Provence Alpes Côte d'Azur.
 
A l'intérieur de l'Ehpad La Riviera à Mougins où 35 résidents sont décédés suite du coronavirus
 

Une nouvelle plainte

Elle a été déposée ce vendredi matin au Tribunal de Grasse par quatre familles de pensionnaires décédés. Parmi elles, Catherine Guilleux. Elle a appris le décès de son père, par un texto envoyé provenant des pompes funèbres: "On me demandait ma carte d'identité et l'autorisation de crémation. Mes yeux se sont écarquillés, je l'ai lu trois fois, je n'ai eu aucun coup de fil. C'est sans doute un concours de circonstances mais l'Ehpad n'avait pas appelé pour dire qu'il était souffrant".

Il y aussi Arnaud, dont la grand-mère venait de fêter ses 94 ans. Il est bouleversé et révolté : "Le 24 mars, c'était son anniversaire. On n'a pas pu aller la voir. Mais ce qui me rend fou, c'est qu'elle soit morte dans son coin, comme un animal. Ils vont le payer très cher". 

Le maire de Mougins, de son côté, a annoncé l'intention de la municipalité de se porter partie civile : 

"Ce drame ne doit jamais plus se reproduire en France ... un Ehpad est un "cluster" en puissance, il faut réagir très vite et c'est ce qui n'a pas été fait"
 

L'avocat des plaignants, Me Arakelian liste dans sa plainte leurs "lourds préjudices moraux". "Ils ont pris connaissance des décès tragiques de leur parents (...) dans des conditions aberrantes et dramatiques, sans pouvoir être à leurs côtés au moment de leur fin de vie douloureuse, et parfois même sans pouvoir leur rendre un dernier hommage".


Le décés  de 30% des pensionnaires 

Depuis plusieurs jours l'Ehpad La Riviera de Mougins fait tristement la une de l'actualité liée à l'épidémie.

L'établissement a enregistré 36 décès. Cette semaine, sur les 75 résidents encore présents (Il y en avait 108 avant le début de l'épidémie de Covid-19),  33 tests se sont révélés positifs, 19 autres "non conclusifs" et 23 sont négatifs. 

L'établissement est situé à Mougins dans les Alpes-Maritimes : 


Le groupe Korian

Dans ses maisons de retraites en France où séjournent 23.000 personnes, le groupe a enregistré 356 décès en lien avec le coronavirus. 

La directrice générale du groupe a indiqué "Parmi les 23.000 personnes qui habitent dans l'une de nos maisons de retraite en France, nous comptons à ce jour depuis le 1er mars, 356 personnes qui sont mortes, soit qu'elles avaient le coronavirus, soit qu'on pense qu'elles l'avaient".

Pour rappel, selon les derniers chiffres du gouvernement, 4.166 décès ont été enregistrés en maison de retraite, sur un total de 12.210 morts dans l'Hexagone.


 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société personnes âgées famille