À Cannes, un exercice terroriste pour former des agents périscolaires

Cas pratique : comment réagir en cas d'intrusion dans une école ? Cet exercice doit former les agents périscolaires aux bonnes pratiques à avoir pour protéger les enfants. Pour cela, ils sont encadrés par d'anciens policiers.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Dans la cour de récré de cet établissement scolaire de Cannes La Bocca (Alpes-Maritimes), ce mercredi matin, les animateurs de l'école jouent le rôle des élèves. Leurs collègues, équipés de chasuble jaune, ne le savent pas encore, mais ils vont être confrontés à une situation extrême.

Julia, avec un chasuble, part ouvrir le portail quand un homme se met à crier : "Je suis blessé ! On tire dehors, je suis blessé, faites-moi rentrer !"

Le scénario de cet exercice : des coups de feu ont été tirés devant l’établissement. Et un inconnu, blessé, cherche à se mettre à l’abri à l’intérieur.

Les erreurs à ne pas commettre

Au portail, Julia, commet une première erreur : elle sort et se met donc en danger. Elle ouvre également une brèche dans laquelle pourraient s’engouffrer des individus armés. 42 secondes se sont écoulées quand l’animatrice active enfin son bouton d’appel d’urgence.

Pendant ce temps, d’autres animateurs s’occupent de mettre les enfants en sécurité dans une pièce fermée.

Fin de l’exercice, débriefing.

C’était très stressant, je ne savais pas comment réagir. C'était angoissant et je savais pas trop comment faire.

Julia, animatrice

"Elle a voulu s'occuper d'une victime qu'elle ne connaissait pas", commente François Scardino. Le formateur est un retraité du Groupement d'intervention de la police nationale et de la Brigade rapide d'intervention. "La menace venait de l’extérieur. En aucun cas on n'ouvre la porte ! La priorité, c’est les enfants."

Boutons d'alerte

La ville de Cannes a déployé 377 boutons d’alerte dans les écoles, les crèches mais aussi les lieux de cultes et les commerces vulnérables.

"L’objectif, c’est vraiment de détecter tous les moyens qu’ils ont pour agir au plus vite et de la manière la plus efficace", explique Angélique Jouet-Pastre, la directrice du service éducation. "Chaque seconde gagnée, c’est une vie qui peut être sauvée."

Au total, les 155 agents du service éducation vont participer à ces exercices pratiques pour apprendre les bons comportements à adopter en cas de crise, y compris en cas d'attaque terroriste.