Attentat à Arras et assassinat de Samuel Paty : toutes les images des hommages dans le Var et les Alpes-Maritimes

Trois ans jour pour jour après l'assassinat de Samuel Paty, la France rend hommage lundi au professeur tué à Arras, Dominique Bernard, par un ex-élève radicalisé, Emmanuel Macron appelant à être "impitoyable" face aux porteurs de "haine". Ce lundi 16 octobre a été un jour de recueillement devant les mairies et dans les établissements scolaires.

Après le meurtre vendredi dernier de ce professeur de français, poignardé à mort devant son établissement d'Arras par un ancien élève fiché pour sa radicalisation, les enseignants se sont retrouvés à partir de 8H dans leurs collèges et lycées pour échanger ce matin.

Les collégiens et les lycéens ne commençaient qu'à 10h. Puis une minute de silence a été observée à 14h, "en mémoire des victimes des attentats commis contre notre école", selon Gabriel Attal.

  • L'hommage de Charles-Ange Ginésy, président du département

"L'école de la République est un pilier de notre démocratie, creuset des valeurs de la Nation et des citoyens de demain. En ce sens, il était pour moi important d'être présent dans un des collèges de mon canton, le collège des Baous de Saint-Jeannet, pour participer à la minute de silence en hommage à Dominique Bernard, professeur de lettres lâchement assassiné par la barbarie islamiste et pour réaffirmer la force de la République face à l'obscurantisme.

Je pense aussi aux blessés de l’attentat d’Arras à qui j’adresse toute ma compassion (...) Je tiens à saluer l’ensemble du corps enseignant qui s’investit quotidiennement pour l’instruction de nos enfants et la transmission de nos valeurs républicaines".

  • Nice : 17h30, place Garibaldi

Les personnels de l'Académie se sont retrouvés pour un temps d'hommage à Samuel Paty. Une gerbe a été déposée devant l'olivier de la paix du Lycée Masséna. 

durée de la vidéo : 00h00mn21s
Les personnels de l'Académie se sont retrouvés pour un temps d'hommage à Samuel Paty. Une gerbe sera déposée devant l'olivier de la paix du Lycée Masséna. ©Gaêlle Carra FTV

  • 15h30 à Cannes

Un hommage s'est déroulé sur le parvis de l’Hôtel de ville, en présence du nouveau Préfet des Alpes-Maritimes, Hugues Moutouh, et avec les chefs d’établissements cannois qui le pouvaient.

En s'en prenant à des professeurs, on s'en prend à la République, à des passeurs de République à de personnes qui sont chargées d'éveiller nos enfants de les éveiller à l'esprit critique, dont on a tant besoin aujourd'hui.

Hugues Moutouh, Préfet des Alpes-Maritimes.

Et d'ajouter : "c'est la colère qui nous étreint aujourd'hui, car c'est la 2e fois en 3 ans que nous assistons à un lâche assassinat. (...) Nous sommes en démocratie, mais les démocraties ne sont pas condamnées à être faibles. Nous avons de moyen pour lutter, pour nous défendre. Défendre notre culture et nos traditions."

Tous les Cannois étaient conviés. "Sans bougies, sans fleurs. Avec des actes", comme le souhaitait le maire de Cannes :

durée de la vidéo : 00h06mn24s
Un hommage se déroule sur le parvis de l’Hôtel de ville, en présence du nouveau Préfet des Alpes-Maritimes, Hugues Moutouh, et avec les chefs d’établissements cannois qui le peuvent. Tous les Cannois sont conviés. ©FTV

Nous sommes de nouveau ici sur le parvis de l'Hôtel de Ville, mais la minute de silence que nous venons de faire ce n'est pas une minute avec des bougies et des peluches. Ce silence n’est pas non plus celui étourdissant de certains qui sont d’habitude si prompts à s’émouvoir publiquement. Ce silence est celui de la détermination, de la résolution. Nous sommes résolus à ce que nos valeurs et nos principes perdurent."

David Lisnard maire de Cannes.

  • 14 h : minute de silence dans les établissements 

Une minute de silence s'est déroulée dans tous les établissements scolaires. Un temps consacré aux victimes d'attentats contre l'école. 

Ce 16 octobre a été qualifié de "journée de solidarité pour nos professeurs" par le ministre de l'Education Gabriel Attal. C'est le troisième anniversaire de l'assassinat de Samuel Paty, professeur d'histoire et géographie décapité par un jeune radicalisé pour avoir montré des caricatures de Mahomet lors de cours sur la liberté d'expression.

  • 12 h : Emmanuel Macron a présidé une nouvelle réunion de sécurité à midi

Emmanuel Macron a présidé une réunion de sécurité à midi, dans le même format que celle de vendredi.

  • 11h : Hommage à Draguignan

Rassemblement et minute de silence ont été organisés devant l’hôtel de ville de Draguignan. Une centaine de personnes, élus et agents de la Ville et de l’agglomération se sont rassemblées. 

  • 10 h : Hommage à Samuel Paty dans une école portant son nom

Devant l’école de Cap d’Ail, qui fut l'une des premières écoles de France à porter le nom de Samuel Paty, des élus dont le maire et le président des Républicains, Eric Ciotti, se sont réunis ce matin.

3 ans après et à quelques jours après l'assassinat de Dominique Bernard, je crois qu'il était important de s'incliner devant la mémoire de Samuel Paty. 3 longues années aux cours desquelles il ne s'est pas passé grand-chose. C'est le temps de l'hommage, mais c'est aussi pour que le sacrifice de ces deux hommes ne reste pas vain. L'exigence de l'action pour mieux combattre, mieux éradiquer l'islamisme qui s'attaque à l'école.

le président des Républicains, Eric Ciotti.

      En plus de certains élus du canton, le maire (LR) de Cap d'Ail, Xavier Beck, était également présent aux côtés de la directrice de l'école et de Malamine Sissoko, inspecteur d'académie de la circonscription de Menton.

      "Il ne faut jamais oublier. Il faut toujours rappeler les raisons pour lesquelles Samuel Paty est mort, a-t-il déclaré, il est mort en enseignant la liberté d'expression. Il faut qu'on se souvienne toujours de son sacrifice et de l'assassinat tragique de Dominique Bernard".