Hommage national à Daniel Cordier ce jeudi : retour sur la vie du secrétaire de Jean Moulin, mort à Cannes

Publié le Mis à jour le
Écrit par Laurent Verdi et Pierre Vaireaux

Daniel Cordier, ancien secrétaire de Jean Moulin, est mort le vendredi 20 novembre à 100 ans. Installé à Cannes, dans les Alpes-Maritimes, France 3 l'avait rencontré il y a quelques mois. Un hommage national lui est rendu ce jeudi 26 novembre à partir de 15h30.

Tout savoir sur la course Marseille-Cassis : Course Marseille-Cassis 2022

Daniel Cordier était l'un des derniers 1038 Compagnons de la Libération. L'ancien secrétaire de Jean Moulin est décédé le vendredi 20 novembre à Cannes, à l'âge de 100 ans.



Un hommage national lui est rendu ce jeudi 26 novembre. 

Le déroulé :

  • Arrivée du Président de la République dans la cour de l’Hôtel national des Invalides, honneur du drapeau du 44ème Régiment d'Infanterie, Marseillaise interprétée par le Chœur de l’armée française.
  • Entrée du cercueil dans la Cour de l’Hôtel national des Invalides, porté par des élèves-officiers de Saint-Cyr Coëtquidan de la promotion "Compagnons de la Libération".
  • Eloge funèbre du Président de la République, suivi de la sonnerie « Aux morts », d'une minute de silence, une nouvelle fois la Marseillaise sera jouée et interprétée par le Chœur de l’armée française,  puis le Chant des partisans interprété par le Chœur de l’armée française.



L'Elysée avait rendu hommage à l'ancien résistant dans un communiqué. "Avec lui, c’est la mémoire vivante de la Résistance qui s’éteint. Il avait traversé ce que notre histoire a de plus brûlant, de plus douloureux, mais aussi de plus héroïque, et il en avait livré les témoignages les plus exacts et les plus poignants", écrit l'Elysée.

 

 

 

Toute la vie de Daniel Cordier a été mue par un goût inouï de la liberté, une bravoure impétueuse, une curiosité insatiable, et, par-dessus tout, par un immense amour de la France. Cet amour prit d’abord la forme doctrinaire d’un engagement nationaliste à l’Action française, mais se mua à l’heure des combats en un patriotisme fraternel.

Communiqué de l'Elysée

"Le Président de la République s’incline avec respect, émotion et affection, devant la mémoire de cet homme dont la vie entière aura conjugué l’amour de la France et la passion de la liberté, le goût du beau et le souci du vrai", conclut le communiqué.



France 3 avait rencontré Daniel Cordier en août 2020. Voici le récit de cette rencontre.



Son pas est hésitant mais sa mémoire reste encore vive. Daniel Cordier montre une image qui malgré le temps n'a pas vieilli, "c'est la photo du patron" nous lançait son ancien secrétaire quand nous l'avions rencontré en mai 2018.



Le patron, c'est Jean Moulin, alias Rex. Le chef de la résistance en France pendant la seconde guerre mondiale. Daniel Cordier a été son secrétaire entre 1942 et 1943. Leur première rencontre dans un restaurant lyonnais est restée gravé dans sa mémoire :

 

"La première question qu'il m'a posé c'était: pourquoi vous avez quitté la France en 1940 ? J'étais indigné. Je lui ai dit que Pétain avait trahi, et j'ai voulu me battre parce que je voulais que la France gagne"

Daniel Cordier à propos de Jean Moulin

Le reportage de Pierre Vaireaux et Richard de Silvestro :

 

L'appel du général de Gaulle



Le 18 Juin 1940, lorsqu'il entend l'appel du général de Gaulle, Daniel Cordier n'a pas encore 20 ans mais il n'hésite pas à embarquer pour l'Angleterre.



A Londres, il suit une formation militaire, puis en 1942 il est parachuté en France. Quelques jours plus tard, Jean Moulin l'engage comme secrétaire, à Lyon.



Son histoire et ses mois passés aux cotes de Jean Moulin, Daniel Cordier ne les racontera dans des livres que 40 ans plus tard, lorsque l'honneur de son "Patron", accusé d'espionnage est attaqué.



"Ça c'était inacceptable, d'abord faux, mais inacceptable que des anciens résistants puissent mentir et dire des horreurs criminels puisqu'il accusait Moulin d'être un traître" s'exclame Daniel Cordier.

 

Maurassien puis résistant



Camelot du roi, résistant, puis marchand d'art après la guerre, Daniel Cordier est devenu historien, par fidélité mais aussi par devoir de mémoire. A presque 100 ans, l'infatigable compagnon de la libération prépare un dernier ouvrage.

"Je pense que l'année prochaine ça va sortir. C'est la suite et la fin de ma mission" explique l'ancien secrétaire de Jean Moulin au sujet de son prochain livre.

Daniel Cordier

La fin d'une mission pour Daniel Cordier, l'un des 7 derniers compagnons de la libération encore en vie, même s'il promet de toujours perpétuer le devoir de mémoire.



Le magazine de 26 minutes de France 3 Nouvelle-Aquitaine sur la vie de Daniel Cordier.

 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité