• SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS
  • CULTURE

Tapis rouge pour un train mythique : "le train des rois et le roi des trains" . On attendait l'Orient-Express en gare de Cannes du 3 au 28 mai. Avec des dîners orchestrés par les chefs Yannick Alléno et Yann Couvreur, servis dans deux voitures restaurées lors de luxueux voyages de trois heures entre Cannes et Menton. Mais finalement, l'escale cannoise a été annulée.

L'opération, baptisée "la Table Orient Express", fera par contre bien escale à Paris, pour des voyages entre la gare de l'Est et Epernay, en Champagne, du 1er juin au 16 juillet. Elle s'achèvera à Bordeaux, du 20 au 30 juillet, avec des voyages vers Pauillac et Arcachon.

Le rêve devient réalité

Il s’agit d’un train, certes, mais plus qu’un train avec sa dimension géopolitique. Un mythe qui doit aussi beaucoup à la littérature et au cinéma. Lien mécanique mais aussi fantasmatique entre l’Occident et l’Orient, ce train emblématique d’un art du voyage raffiné à l’extrême mais aujourd’hui révolu, est aussi le symbole du passage du XIXème au XXème siècle.

Symbole du passage du XIXème au XX siècle

L’Orient Express a rendu possible ce voyage en Orient qui n’avait appartenu jusque-là qu’aux aventuriers et aux artistes. Synonyme de rêve qui devient possible, son créateur, l’homme d’affaires belge Georges Nagelmackers l’a souhaité avec une certaine lenteur, dans l’esprit des croisières sur les transatlantiques.

Pas étonnant que ce précurseur ait imaginé le concept de l’Orient-express après avoir rencontré Samuel Cunard, fondateur de la compagnie maritime britannique Cunard Line célèbre pour ses paquebots transatlantiques (aujourd’hui encore avec le Queen Elisabeth ou le Queen Mary II).

Inauguré le 5 juin 1883

L’Orient-Express est inauguré le 5 juin 1883. Il relie Paris et Constantinople (actuelle Istanbul) via Strasbourg, Munich, Vienne, Budapest et Bucarest (3.094 km en moins de deux semaines). Ce jour-là, les convives dégustent des rougets de roche, un tournedos béarnaise, une selle d’agneau à la Clamart et une tisane au champagne.

En quelques années, l'Orient-Express devient un axe de communication majeur en Europe. Les guerres balkaniques du début du XXe siècle, puis la première guerre mondiale paralysent un temps le trafic, sans détruire pour autant la ligne. L'armistice entre la France et l'Allemagne est signé par le Maréchal Foch, le 11 novembre 1918 à Rethondes, dans un wagon-restaurant de l'Orient-Express, la voiture 2419, réquisitionnée par l'armée.

Orient-Express

 

Art déco

L'entre-deux-guerres sera l'apogée de l'Orient Express. En 1919 est ouverte une deuxième voie qui supplante vite le parcours original, passant les Alpes au tunnel du Simplon, percé en 1906, pour rejoindre Milan et Venise, ce sera le Simplon-Orient-Express, symbole de l'art déco

Décors théâtraux conçus par les plus grands maîtres des Années Folles parmi lesquels René Prou, plafonds en cuir repoussé de Cordoue, bas-reliefs en cristal Lalique, tapisseries des Gobelins, rideaux en velours de Gênes, argenterie, nappes précieuses et verres fins en cristal, quatre malles de Moynat – la malletière Pauline Moynat fut la première à introduire des innovations destinées aux femmes qui voyageaient en train, comme une malle coffre-fort pour transporter les bijoux et la malle camphrier pour transporter les fourrures. 

Terminus en 1977

La deuxième guerre mondiale met un terme à l’âge d’or de l’Orient-Express. Son trafic est divisé par deux et la plupart des lignes disparaissent dans les années 50 et 60. Le dernier train direct pour Istanbul est parti de la gare de Lyon le 20 mai 1977 dans l'indifférence générale à cause de la concurrence grandissante de l'avion.

De la littérature au cinéma

Une étude montre que la Marque Orient-Express obtient un record de notoriété: 90% en Europe. Elle le doit aussi à la littérature et au cinéma. "Les femmes dans les couloirs, paraissaient plus belles, les hommes plus audacieux. J’en jouissais comme un enfant comblé pour la première fois dans ses désirs… Le miracle était à l’intérieur dans cette boîte close, vernie et capitonnée."  Joseph Kessel, Wagon-lit, 1932.

Les femmes dans les couloirs, paraissaient plus belles, les hommes plus audacieux. 

En 1934, Agatha Christie écrit "Le crime de l’Orient express", traduit en plus de 30 langues. Elle s'inspire d’un incident survenu en février 1929, sur le Simplon-Orient-Express bloqué par un blizzard pendant six jours en Turquie.

"Le crime de l’Orient express"

En 1974, Sidney Lumet l’adapte au cinéma avec au générique une impressionnante pléiade de stars : Albert Finney, Lauren Bacall, Martin Balsam, Ingrid Bergman, Jacqueline Bisset, Jean-Pierre Cassel, Sean Connery, Anthony Perkins, Vanessa Redgrave, Richard Widmark et Wendy Hiller. Hercule Poirot mène l'enquête et traque le meurtrier. Ses seuls indices : un mouchoir de femme marqué de l'initiale "H", un cure-pipe, un bouton d'uniforme, un peignoir de soie blanc et les cendres d'un message…"

Ian Fleming, le créateur de James Bond, a également utilisé l’Orient-Express comme décor dans Bons baisers de Russie :
 

 

Faire vivre le mythe Orient-Express

Signe de l’intérêt perdurant pour l’Orient-Express, une exposition de l’IMA (Institut du monde arabe) et de la SNCF a attiré plus de 250 000 visiteurs en 2014 à Paris.  "Faire vivre le mythe Orient Express, c’est parler du patrimoine des Français. Aussi notre premier geste est de partager l’histoire de ce train légendaire, avec le plus grand nombre. Au travers d’une exposition," explique Guillaume Pépy, président de la SNCF.

Partager l’histoire de ce train légendaire
 

Sir James Sherwood

À Monaco, en 1977, lors d’une vente aux enchères, cinq voitures signées Orient-Express en piteux état. Le roi Hassan II du Maroc en achète trois et Sir James Sherwood deux. L’entrepreneur britannique décide de faire revivre la légende de l'Orient Express. Il va ainsi dénicher 17 voitures.

Ce train baptisé Venise-Simplon-Orient-Express et géré par une compagnie privée assure aujourd’hui encore la liaison Boulogne-sur-Mer - Calais - Venise, via Paris, Innsbruck ou Vienne, avec parfois un prolongement vers Istanbul.  Avec ses voitures bleues et or, ce train propose de revivre un voyage de légende au cœur de l'Europe. France 2 y a consacré une série de reportages. 

L'art du voyage à la française

Retour aux sources

Depuis 2012, la SNCF entend également redonner vie et prestige à la marque. "La renaissance de cette marque mythique est pour SNCF un retour aux sources. La redécouverte de cet art du voyage à la française que l’Orient Express a porté si haut, dès la fin du 19ème siècle", indique Guillaume Pépy. L’orient-Express 2020 aura une vingtaine de voitures de grand luxe, des suites avec salles de bains pour un voyage sur rail de plusieurs jours et nuits, selon les critères de l’hôtellerie de palace. La SNCF prévoit des destinations comme Budapest, Vienne, Prague, Saint-Pétersbourg et Venise.

L'Orient-express

 

Repas 5 étoiles

Des dîners orchestrés par les chefs Yannick Alléno et Yann Couvreur seront servis du 3 au 28 mai dans deux voitures restaurées lors de luxueux voyages de trois heures entre Cannes et Menton. Ce restaurant éphémère fera un aller-retour quotidien à partir de 19h30.Trente-huit convives peuvent être accueillis à chaque voyage dans ces voitures, moyennant un prix de 530 euros par personne.

Luxe

Si en 1925, on pouvait se régaler de tournedos béarnaise et de terrine de canard truffée, en 2016 vous aurez la chance de déguster, parmi la douzaine de mets proposés, un feuille à feuille de pétales de rose sur une frivolité de foie gras poudré de noisette, un consommé de homard en bellevue, une poularde de Mayenne pochée au lait épicé de citron noir d’Iran, de cannelle et de cardamone, sous une fine semoule à la coriandre, et raisin de Smyrne ou un écrin aux fraises gariguette rafraîchies à la menthe, crème battue à la vanille.

Repas 5 étoiles

Deux  escales sont programmées. Paris (du 1er juin au 16 juillet) et Bordeaux (du 20 juillet au 30 juillet) accueilleront la table de l'Orient-Express.