La joueuse de tennis russe Varvara Gracheva devient N°2 française après sa naturalisation

Depuis 2016, la 41e joueuse mondiale s'entraîne à l'Elite Tennis Center de Cannes. Aujourd'hui âgée de 22 ans, la tenniswoman russe vient d'obtenir la nationalité française, devenant ainsi la numéro 2 tricolore.

Son drapeau était blanc, bleu, rouge. Désormais, il sera bleu, blanc, rouge.

Ce lundi 5 juin 2023, la joueuse de tennis russe Varvara Gracheva a appris qu'elle avait été naturalisée française quelques jours auparavant. "C'est le résultat d'un long processus commencé en septembre 2020", raconte Philippe Rome, du centre d'entraînement Elite Tennis Center de Cannes, où la 41e joueuse mondiale s'entraîne depuis 2016.

C'est lui qui l'a accompagnée dans sa démarche de naturalisation.

Cette épopée administrative aura donc duré près de trois ans. Il a d'abord fallu obtenir une carte de résidente permanente et se domicilier fiscalement en France. Puis passer un examen de langue française A2/B2, validé en novembre 2022 après un premier échec cinq mois avant.

Complété et déposé en février dernier, le dossier a finalement été accepté par la préfecture le 5 mars 2023. 

C'est ma base ici, je veux y faire ma vie, et ma mère, en même temps, a acheté un appartement. C'est comme ça que j'ai décidé de rester à plein temps dans cet endroit. Alors pourquoi ne pas prendre la nationalité ?

Varvara Gracheva à l'Equipe au moment du dépôt de son dossier.

Un bonheur pour la jeune joueuse

La naturalisation française de la jeune femme de 22 ans a été entérinée le 27 mai dernier, sept ans après son arrivée dans l'Hexagone, et pour son plus grand bonheur. 

Elle était folle de joie, c'était sa volonté personnelle. À force de s'entraîner ici, tous les gens qu'elle côtoie sont Français. Elle veut faire sa vie en France.

Philippe Rome, du centre d'entraînement Elite Tennis Center de Cannes.

Pour lui, Varvara Gracheva est un exemple d'intégration. "Elle a appris la langue. Maintenant, ses entraîneurs lui parlent en français ! Et elle a une vraie passion pour la cuisine française", s'amuse-t-il.

Philippe Rome explique néanmoins que la tenniswoman conserve la nationalité de ses parents et qu'elle "se sent toujours russe".

Une naturalisation décorrélée de la guerre en Ukraine   

La demande de nationalité française de Varvara Gracheva n'a pas de lien avec la guerre en Ukraine. "Sa volonté de devenir française date de 2020. Toutes les démarches étaient enclenchées bien avant le début de la guerre", défend Philippe Rome. Il affirme que "Varvara est contre toute guerre, qu'elle milite pour la paix et qu'elle trouve les conflits très tristes".

Née à Moscou en 2000, Varvara Grechova a grandi à Joukovski, à une trentaine de kilomètres au sud-est de la capitale russe. Elle a ensuite connu plusieurs expériences aux Etats-Unis, en Allemagne et au Portugal, avant d'intégrer en 2016 l'Elite Tennis Center, un centre d'entraînement cannois de haut niveau fondé et dirigé par l’ancien joueur professionnel Jean-René Lisnard.

Vers l'equipe de France et les Jeux Olympiques ? 

Désormais Française, Varvara Gracheva va pouvoir jouer sur le circuit professionnel féminin (WTA) sous la bannière tricolore. "Elle veut représenter la France, elle veut partager des émotions avec le public français comme on peut le voir à Roland Garros, par exemple", témoigne Philippe Rome.

Dans ce tournoi du Grand Chelem qui se déroule actuellement à Paris, la native de Moscou s'est inclinée cette année au deuxième tour contre l'Américaine Sloane Stephens (6-2,6-1), après avoir atteint le troisième tour en 2022 et 2021. 

Cette performance moyenne ne devrait l'empêcher de prétendre à une place en équipe de France, dont Julien Benneteau est le sélectionneur. Son classement de 41ème joueuse mondiale la place en effet au deuxième rang français, entre Caroline Garcia (5e mondiale) et Alizé Cornet (62e mondiale), et fait d'elle un atout potentiel à l'approche des grands rendez-vous que sont la Billie Jean King Cup (ex-Fed Cup) et, surtout, les Jeux Olympiques de Paris 2024.

"Aujourd'hui, elle est sélectionnable pour défendre les couleurs de la France, précise Philippe Rome, jouer les jeux Olympiques sous le drapeau bleu, avec le soutien du public français, c'est sûr que c'est quelque chose qu'elle a envie de vivre..."

Varvara Gracheva et le tennis français, c'est peut-être le début d'une belle histoire.