À Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes, une affiche de Hoshi dans les rues pour lutter contre les discriminations

La chanteuse de 24 ans a été le 7 avril dernier la cible de propos virulents de la part de Fabien Lecoeuvre, un chroniqueur spécialiste de la chanson française. La commune de Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes a décidé de soutenir l'artiste pour "ne pas faire oublier ces discriminations".

Pour lutter contre les discriminations, la commune de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) a affiché un poster de la chanteuse Hoshi, violemment attaquée sur son physique par Fabien Lecoeuvre, un chroniqueur musical.
Pour lutter contre les discriminations, la commune de Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes) a affiché un poster de la chanteuse Hoshi, violemment attaquée sur son physique par Fabien Lecoeuvre, un chroniqueur musical. © Ville de Mouans-Sartoux

Si vous n'avez pas suivi la polémique, petit retour en arrière. Début avril, Fabien Lecoeuvre, biographe et chroniqueur spécialisé dans la chanson française, est interviewé par Arts-Mada, un média citoyen parisien. Au cours de ce long entretien, il aborde la question de la beauté dans le milieu artistique :

Je parle d'une manière générale pour les chanteurs. Quand est-ce qu'on va nous sortir des beaux mecs ou des filles sublimes ? Hoshi, par exemple, a un talent incroyable, indiscutable ! Mais enfin, vous mettez un poster de Hoshi dans votre chambre, vous ? Elle est effrayante ! [...] Elle a du talent, cette fille, mais qu'elle donne ses chansons à des filles sublimes !

Fabien Lecoeuvre

Sur les réseaux sociaux, Hoshi avait réagi : "On lui offre un poster ou un miroir ?"

Deux jours plus tard, auprès de nos confrères de l'AFP, le chroniqueur suspendu d'antenne par Europe 1, radio qui l'emploie, a qualifié ses propos "d'inadmissibles et indignes de l'amour qu'(il) porte à la chanson française" et demandé "pardon à Hoshi et à tous les artistes et leur entourage", en regrettant "très profondément ces paroles malheureuses qu'(il) ne pensait pas".

Mais de nombreux internautes se sont offusqués de ces propos.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Hoshi (@hoshi)

Désormais, l'auteure-compositrice-interprète de Ta marinière peut aussi ajouter à sa liste de soutiens la commune de Mouans-Sartoux dans les Alpes-Maritimes, qui affiche depuis une semaine un poster d'Hoshi sur l'avenue de Cannes, devant la médiathèque et le cinéma de la ville.

Hoshi bientôt en concert à Mouans-Sartoux ?

Sur cette affiche au fond orange, qui restera placardé "au moins deux semaines", Hoshi est assise sur une chaise. Sous son pied gauche, cette interpellation : "Ca va aller, Fabien, pas trop effrayé ?", suivi des mots "Stop aux discriminations !"

Un QR code est également présent et renvoie vers un article de presse qui résume toute l'affaire.

Le 7 avril dernier, le chroniqueur d'Europe 1 Fabien Lecoeuvre, dans une interview pour une web-radio, s'en est pris au...

Publiée par Ville De Mouans Sartoux sur Jeudi 29 avril 2021

"Je ne pensais pas qu'on entendrait encore ça de nos jours", explique Marie-Louise Gourdon, maire adjointe en charge de la culture et commissaire du Festival du Livre. "C'est d'une ringardise bête !"

Nous voulions réagir. Mettre cette affiche en pleine ville, c'était aussi pour ne pas faire oublier ces discriminations.

Marie-Louise Gourdon, adjointe au maire de Mouans-Sartoux

Il y a quinze jours, une action similaire s'était déroulée à Paris.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Hoshi (@hoshi)

La mairie mouansoise n'a pas pris contact avec l'artiste pour cette démarche, mais peut-être cela sera-t-il l'occasion d'en créer ? "Cette fille est très bien ! Pourquoi ne pas l'inviter au Festival du Livre ?", se demande Marie-Louise Gourdon. Pour l'heure, seule une date est prévue en région Sud-Paca, le 9 décembre à Aix-en-Provence dans les Bouches-du-Rhône.

Ces soutiens publics en faveur de l'égalité arriveront-ils à faire taire sexisme, discriminations et autres remarques désobligeantes ? L'année dernière, Hoshi avait dû porter plainte pour harcèlement et menaces de mort. Elle indiquait en juillet dernier sur son compte Instagram : "j’irai jusqu’au bout pour montrer qu’en tant que victime vous devez porter plainte. Il ne faut jamais que ça reste impuni. L’écran qui vous sépare de vos agresseurs n’annule pas les lois. Que ça soit sur les réseaux sociaux ou les forums."

Elle avait été la cible de "violentes attaques sur les réseaux sociaux" après sa prestation aux Victoires de la musique où elle avait embrassé sa compagne sur scène.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
polémique musique culture société réseaux sociaux homophobie