Meba Mickael Zézé, le sprinteur qui court le 100 mètres en moins de 10 secondes

Publié le
Écrit par Martin Falaizeau

En juillet dernier, le sprinteur de l'équipe de France a couru 100 mètres en 9'99 secondes. En passant sous la barre des 10 secondes, il est devenu le quatrième Français à réaliser cet exploit. Et le sportif, qui s'entraîne à Mandelieu-la-Napoule, revient de loin.

Courir 100 mètres en moins de 10 secondes. Nous, nous l'imaginons seulement. Lui, il le fait. Meba Mickael Zézé est passé sous cette barre symbolique le 3 juillet 2022 à La Chaux-de-Fonds, en Suisse. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'en est suffit d'un rien. Avec 9'99 secondes au chronomètre, l'athlète de 28 ans entre dans l'histoire du sport français à un centième de seconde !

Il rejoint ainsi Ronald Pognon (9.99), Christophe Lemaitre (9.92) et Jimmy Vicaut (9.86). Et le sprinteur n'a pas fait les choses à moitié. Une heure après sa course du 100 mètres, il termine celle du 200 mètres en 19'97 secondes, devenant ainsi le second Français à passer sous la barre des 20 secondes.

Un retour en grâce

Pourtant, tout n'était pas si rose il y a encore un an pour Meba Mickael Zézé. Après des débuts très prometteurs chez les jeunes, le sprinteur n'a pas été épargné par les blessures ces dernières années. Plusieurs tendinites au tendon d'Achille l'ont notamment tenu éloigné des pistes d'athlétisme durant de longs mois. Guéri grâce à des techniques tissulaires et régénératrices, Meba Mickael Zézé reprend progressivement la compétition à la fin de l'année 2021. Dans la foulée, il quitte son club de Marseille pour celui de Mandelieu-la-Napoule. C'est dans cette structure azuréenne qu'une équipe de France 3 Côte d'Azur, Emmanuel Félix et Florine Ebbhah, l'ont rencontré il y a quelques semaines.

C'est dans cette ville, d'où est originaire sa compagne Maelle Vincent, que Meba Mickael Zézé puise les ressources qui lui ont permis de briller en Suisse à l'été 2022. Plus proche de son fils Liam, qui vit à Saint-Raphaël (Var), et entraîné rigoureusement par Eliott Draper, l'athlète de l'équipe de France semble s'épanouir au Mandelieu-la-Napoule Athlétic Club (MNAC). Il ne s'en cache pas, son objectif est désormais d'obtenir une médaille au plus gros rendez-vous du monde de l'athlétisme de ces prochaines années : les Jeux Olympiques de Paris 2024. Pour y parvenir, il va s'appuyer sur son nouveau club.

Tout pour s'entendre

Entre le MNAC, 150 licenciés, et Meba Mickael Zézé, c’est en premier lieu un coup de cœur mutuel, puis un échange de bons procédés dans lequel chacun y trouve son compte. Le sprinteur bénéficie de l’environnement privilégié d’un club familial où il n’a pas de pression, le MNAC profite de la nouvelle dynamique apportée par le sportif. "Grâce à Mickael (prononcez « Michael », à l'américaine), les jeunes du club peuvent toucher le haut niveau et voir que les grands athlètes s’entraînent comme eux" explique celle que Meba-Mickael Zézé appelle "sa maman", Christine Welker.

L’ancienne championne du 200 et 400 mètres dans les années 1980 est aussi la vice-présidente du MNAC. Elle compte bien accompagner son nouveau protégé dans sa préparation aux Jeux Olympiques de Paris 2024. Tout comme son entraîneur Eliott Draper, sa compagne Maelle Vincent et son fils Liam. Et tous croient à un exploit à Paris. Car sur 100 mètres, tout est possible, et tout peut se jouer à un rien. Meba Mickael Zézé en sait quelque chose.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité