Cet article date de plus de 3 ans

Salma Hayek au festival de Cannes : "Les hommes sont terrifiés, les prédateurs se cachent"

Salma Hayek était une nouvelle fois l'invitée du talk Kering Women In Motion, organisé chaque année depuis 4 ans en marge du Festival de Cannes. Interrogée sur l'ère post-Weinstein, l'actrice mexicaine a livré son analyse.
Ce dimanche, Salma Hayek était une nouvelle fois l'invitée du talk Kering Women In Motion.
Ce dimanche, Salma Hayek était une nouvelle fois l'invitée du talk Kering Women In Motion. © ALH
Pour l'actrice mexicaine :

Le changement a vraiment lieu, même s'il prendra du temps, estime-t-elle. Les hommes sont terrifiés, les prédateurs se cachent


Au sujet d'Harvey Weinstein, Salma Hayek ne mâche pas ses mots. En décembre, il avait, par le biais de sa porte-parole, réfuté formellement toutes ses allégations.
La réalisatrice mexico-kényane Lupita Nyong'o avait vécu exactement la même situation deux mois plus tôt. "Le fait qu'il ne réponde qu'à deux femmes, dont moi, était une stratégie de ses avocats. Il est connu que si vous êtes une femme de couleur, les gens vous croient moins. Il a attaqué deux femmes de couleur pour les discréditer auprès du public et des lecteurs", raconte Salma Hayek.


Son avis sur l'affaire Weinstein


"Je n'étais pas surprise de savoir qu'Harvey Weinstein ait pu œuvrer aussi longtemps. C'était le système dans lequel nous avons stagné durant des siècles. Mais je ne savais pas qu'il avait agressé autant de femmes, j'étais choquée par le nombre de ses victimes", conclut-elle enfin.

 

Il est temps désormais d'être généreux avec les actrices, a-t-elle déclaré.



"Si le budget d'un film est de 10 millions de dollars, la star masculine doit comprendre qu'en demandant 9,7 millions, il va être difficile de parvenir à l'égalité salariale".
© ALH


Elle-même accuse Harvey Weinstein de harcèlement sexuel à l'époque du tournage de "Frida" (sorti en 2003).
Le producteur lui aurait notamment demandé, en différentes occasions, de prendre une douche avec lui, de le laisser avoir un contact sexuel avec elle ou de se mettre nue devant lui avec une autre femme. Des accusations qu'il conteste.
Pour Salma Hayek, il s'agit d'une "stratégie des avocats" pour discréditer les femmes de couleur accusant Weinstein, comme l'actrice Lupita Nyong'o ("Black Panther").
"Heureusement que nous sommes tellement nombreuses, sinon personne ne nous croirait", a déclaré l'actrice de 51 ans.
 - AVEC AFP
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
festival de cannes cinéma culture