Sauna gay, étoile qui explose... Au Festival de Cannes, le cinéma immersif tente de se faire une place avec "un nouveau langage"

Nouveauté cette année, la compétition immersive, avec le soutien du CNC, présente huit œuvres dont certaines avec des voix de personnalités du cinéma comme Cate Blanchett ou Léa Seydoux.

Préparez-vous à avoir le tournis. La première compétition Immersive du Festival de Cannes, lancée le 15 mai, propose huit œuvres. De la réalité augmentée, virtuelle, des hologrammes, le tout sur des thèmes très variés et avec la voix des stars, cette édition envoie du lourd. Les œuvres sont présentées au campus Méliès et au Cinéum de Cannes.

Une œuvre française, poétique et onirique 

Commençons par un agréable moment. Une œuvre où le spectateur est aussi acteur. On y entre pieds nus, et on se laisse guider par le son, on peut toucher l'écran et interagir avec les éléments.

En Amour est une œuvre française créée par un duo (Claire Bardainne, Adrien Mondot). La bande originale est composée par Laurent Bardainne et chanté par November Ultra.

Adrien Mondot, le co-auteur travaille avec sa partenaire Claire Bardainne. Ensemble, ils ont créé leur compagnie et leurs œuvres, parfois monumentales, voyagent partout dans le monde. À l'origine, cette création était prévue pour La Philharmonie de Paris. Pour Cannes, ils ont dû réduire la taille et adapter l'espace (qui est déjà très impressionnant). 

L'histoire contée est celle, en partie, des deux co-auteurs, une histoire d'amour, qui se termine puis se transforme en belle histoire d'amitié.

Dans un monde qui brûle, nous avions envie d’un rituel de restauration d’amour

Adrien Mondot, co-auteur de l'oeuvre

à France 3 Côte d'Azur


À propos de cette nouvelle compétition à Cannes, Adrien Mondot explique : "Tout ce qui questionne le rapport entre le corps et l’image, je trouve ça très bien. Le cinéma, ce sont des gens qui se rassemblent dans une salle pour voir un film donc c’est intéressant. Pour moi, le cinéma immersif est dans la continuité, c'est une filiation, souligne-t-il. Je me sens comme un bidouilleur, c'est un nouveau langage, un peu comme au début du cinéma où on a mis deux plans côte à côte et on a avancé ainsi."

À Cannes, seules les personnes accréditées pour le Festival peuvent assister aux projections, le public est donc composé d'adultes qui "jouent" peut-être un peu moins avec l'écran, mais l'effet est là.

Je trouve que tout le monde devrait voir cette proposition pour faire face à la guerre. C'est une magnifique évocation de l'amour, un récit intime.

Christelle Leroy, professeur de lettre

à France 3 Côte d'Azur

Pauline Boux, qui travaille sur les nouvelles technologies dans le cinéma et les sciences humaines du numérique, tenait à découvrir cette première édition.

J'aime beaucoup. Le fait de pouvoir interagir avec les murs et les différents capteurs, j'adore.

Pauline Boux

à France 3 Côte d'Azur

Elle a eu un coup de cœur pour la prochaine œuvre que l'on vous fait découvrir 

De la réalité augmentée dans un sauna gay

Dans Traversing the Mist, le spectateur met un casque de réalité virtuelle et déambule dans un sauna gay. L'expérience est réservée au plus de 18 ans en raison des scènes de nue. L'ambiance est étrange, pesante, chaque spectateur voit les autres protagonistes via des avatars. 

Des stars comme Cate Blanchett pour attirer les regards

L'œuvre en compétition de Barnaby Steel, Evolver, raconte le parcours intérieur de la respiration, depuis l’inspiration jusqu’au battement du cœur. La voix off est incarnée par Cate Blanchett. En invitant des stars du cinéma traditionnel dans cette nouvelle forme artistique, les producteurs espèrent attirer le grand public. Pour le responsable de la dernière-née des compétitions cannoises, le 7e art n’est pas menacé. 

Quand la photographie est apparue, on a dit "c'est la fin de la peinture" en réalité les deux formes s'inspirent, cohabitent, chaque medium à sa destinée.

Elie Levasseur Responsable de la Compétition Immersive - Festival de Cannes

à France 3 Côte d'Azur

Un film Hors Compétition avec Léa Seydoux

Six œuvres hors compétition explorent "l'évolution du médium et établissent des parallèles entre la réalité virtuelle, la production virtuelle, le cinéma et la narration collective", selon la description sur le site de la compétition.

Dans Sphères, Léa Seydoux nous guide par sa voix dans l'espace, au cœur d'une étoile qui explose puis dans un trou noir pour écouter les ondes gravitationnelles. Le Prix de la Meilleure œuvre immersive sera remis lors d’une cérémonie de clôture le 23 mai.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité