Sur l’île Sainte-Marguerite à Cannes, une nuit entière de représentation théâtrale : "c’était complètement barré !"

Publié le Mis à jour le

Une centaine de personnes ont assisté à une expérience théâtrale inédite sur l’île Sainte-Marguerite, dans la nuit de vendredi 17 à samedi 18 juin. Sept heures de spectacle leur ont été proposées par la mairie de Cannes, à l’occasion de cette "Nuit unique".

Au petit matin ce samedi 18 juin sur l’île Sainte-Marguerite, au large de Cannes dans les Alpes-Maritimes, la quiétude habituelle est bouleversée par des applaudissements nourris.

Une centaine de spectateurs salue les artistes du Théâtre de l’Unité qui les ont emmenés sur l’île pour vivre une "Nuit unique" : 8 heures de spectacle, sans arrêt, entre 23 heures et 7 heures du matin.

Je n’avais jamais vécu ça, raconte une spectatrice, tout juste réveillée. J’ai dormi, je me suis réveillée, il y avait des gens qui chantaient et qui dansaient. C’était assez surréaliste.

Non loin d’elle, un homme va même plus loin : "C’était complètement barré !" Difficile après cette nuit blanche d’identifier un moment clé, qui l’aurait particulièrement ému. Ni même de qualifier l’expérience qu’il vient de vivre.

Comment expliquer… j’ai juste kiffé en fait. C’est une expérience que je n’aurais jamais pensé vivre. C’est difficile de mettre un mot unique et précis sur toute cette soirée.

Un spectateur de la "Nuit unique"

Un spectacle bien réglé

Tout au long de la nuit, les artistes ont enchainé lectures de textes, scènes de pièces de théâtre, mais aussi chansons et traits d’humour. Un spectacle soigneusement préparé, que la compagnie du Théâtre de l’Unité, originaire de Besançon, propose depuis 2017. Une "Nuit unique" programmée exceptionnellement dans le cadre de la saison de salle de La Licorne à Cannes. 

"On ne peut pas répéter l’ensemble, c’est impossible, détaille Hervée de Lafond, la codirectrice du Théâtre de l'Unité. On répète par petits bouts. De minute en minute on sait ce qu’on doit faire. Tout est réglé." Une mécanique que la troupe a eu le temps de bien huiler. La représentation sur l’île Sainte-Marguerite était la trente-sixième présentation du spectacle.

Il y a des parts d’improvisation, mais même elles sont prévues. Au début c’était plus libre mais on a arrêté. On ne peut pas solliciter l’esprit pendant 8 heures, c’est impossible.

Hervée de Lafond, codirectrice du Théâtre de l'Unité

L'ambiance "particulière" de l'île Sainte-Marguerite

Pas de routine malgré tout pour les artistes, tant le lieu est hors du commun. "Il y a une ambiance particulière sur cette île, reconnait Hervée de Lafond. Rien que les goélands ! Il y a la mer… puis le lever du jour, c’était tellement beau. Nous on aime beaucoup jouer dehors." Car jouer hors les murs rend cette expérience particulière pour les comédiens.

Ça nous fait respirer de jouer ici ! C’est beaucoup mieux. On est loin du théâtre, c’est une soirée complètement improbable. Et on se lâche !

Jacques Livchine, codirecteur du Théâtre de l'Unité

Une imposante organisation logistique

Mais organiser cette soirée n’a pas été simple, comme le raconte Maud Boissac, directrice des affaires culturelles à la mairie de Cannes, notamment car "il a fallu acheminer tout le matériel technique, et ça a représenté beaucoup de déplacements."

En plus du matériel technique, il a également fallu gérer l’accueil du public : les couchages pour les spectateurs, le petit déjeuner, les points d’eau, les toilettes. Des contraintes logistiques qui n’ont malgré tout pas découragé les spectateurs de traverser la baie : "ça a été complet très rapidement, affirme Maud Boissac. Une nuit sur une île et dormir à la belle étoile c’est quand même assez exceptionnel."