Cap d'Ail : une collection de plus de 15.000 vinyles dispersée aux enchères

"Mais il n'est pas question de vendre à la pièce!", s'exclame Me Rouillac. / © MaxppP et Maison Rouillac
"Mais il n'est pas question de vendre à la pièce!", s'exclame Me Rouillac. / © MaxppP et Maison Rouillac

Plus de 15.000 disques vinyles, majoritairement de rock et de variété française, accumulés par un collectionneur du Midi de la France seront vendus jeudi prochain aux enchères à Vendôme dans le Loir-et-Cher. La collection provient d'une résidence du Cap-d'Ail dans les Alpes-Maritimes.

Par @annelehars

La collection, qui submergeait littéralement une résidence du Cap-d'Ail dans les Alpes-Maritimes, est dispersée par la veuve du collectionneur Max Taddéï dont les goûts éclectiques promettent d'attirer les amateurs, de plus en plus nombreux à céder à la mode du vinyle.

Les disques sont répartis en 169 lots composés en général d'une centaine de galettes 33 tours, mais peuvent aller jusqu'à environ 650 pièces pour les 45 tours.

Le premier lot est ainsi consacré au hard rock, avec des disques de Kiss, AC/DC, Van Halen, Deep Purple, Iron Maiden, Scorpion, Metalica, etc. Mais les Beatles ou le rockabilly de Gene Vincent Eddie Cochrane ou Johnny Cash sont aussi à l'honneur dans d'autres caisses. Les Seventies sont aussi représentées avec Marianne Faithfull, Pink Floyd, Magma, Neil Diamond, Santana, Patty Smith ou Frank Zappa. 

D'autres lots représentent de grands comiques français (Fernand Raynaud, Coluche) tandis que les auteurs-interprètes Georges Brassens, Léo Ferré, Jacques Brel, voisinent
avec Mireille Mathieu, Nana Mouskouri, Johnny Hallyday... 

La mise à prix de départ de chaque lot a été fixée à 100 euros, mais "nous n'avons aucune idée des prix que cela peut atteindre, car il n'y a jamais eu à notre connaissance de vente de cette ampleur", a expliqué Me Rouillac à l'AFP.

"C'est un marché de passionnés, plus habitués des brocantes", a relevé le commissaire priseur en soulignant que certains amateurs sont parfois à la recherche d'un seul
disque, à cause de sa rareté ou pour des raisons sentimentales: "L'enregistrement d'un concert où un couple s'est rencontré, par exemple."

"Mais il n'est pas question de vendre à la pièce!", s'exclame Me Rouillac.

Les cartons contenant les lots de disques sont exposés pour trois jours à l'hôtel des ventes de Vendôme où les amateurs doivent farfouiller pour trouver leur bonheur. 

Le 19 juin dernier, les prix s'étaient envolés lors de la vente aux enchères de "seulement" 8.000 vinyles sortis des réserves de Radio France: un 45 tours rarissime de Syd Barrett était parti à 10.500 euros, tandis qu'un lot de disques de Serge Gainsbourg avait trouvé preneur à 750 euros. 
- Avec AFP -

Sur le même sujet

toute l'actu musique

collecte de jouets

Près de chez vous

Les + Lus