Covid-19 : comment les grands hôtels de la Côte d'Azur se réinventent pour séduire la clientèle française et européenne

Après de longs mois de fermeture à cause de la crise sanitaire, les grands hôtels de la Côte d'Azur rouvrent leurs portes. Parfois entièrement, parfois seulement la plage, comme au Carlton. L’hôtellerie de luxe essaye de se réinventer pour continuer à faire rêver. 

A l'hôtel Martinez, un établissement 5 étoiles à Cannes, la clientèle actuelle est française, suisse, allemande à cause de la réduction du trafic aérien.
A l'hôtel Martinez, un établissement 5 étoiles à Cannes, la clientèle actuelle est française, suisse, allemande à cause de la réduction du trafic aérien. © FTV - Aline Métais
C'est une certitude : la clientèle fortunée du Golfe, des Etats-Unis, d'Australie et de Russie ne viendra pas sur la Côte d'Azur. Sauf ceux qui peuvent prendre leur jet privé... Face à l'absence de réservations, certains hôtels restent fermés. C'est le cas du Carlton : l'établissement est complètement vide, seule la plage est ouverte. Les portes battantes du célèbre palace resteront closes jusqu’au mois de septembre. Une fermeture inédite.
Le Carlton, célèbre palace sur la Croisette à Cannes (Alpes-Maritimes), restera fermé jusqu'au mois de septembre.
Le Carlton, célèbre palace sur la Croisette à Cannes (Alpes-Maritimes), restera fermé jusqu'au mois de septembre. © FTV - Aline Métais
 

Nouveaux services


Les autres établissements rouvrent peu à peu leurs portes depuis le mois de juin. Mais en testant de nouvelles recettes, de nouveaux services pour coller aux attentes d'une clientèle exigeante et différente. Pour cette saison 2020, elle sera française et nord-européenne, prédisent les directeurs d'hôtels, fins connaisseurs de leur secteur.

Comme dans une bulle

La Plage du Martinez est ouverte ! 👙 Merci d'avoir partagé avec nous ce #MartinezMoments 😎 Be Very Martinez 💃 @angelajruiz #VeryMartinez #CotedAzur #CannesNow #Cannes #Lifestyle

Publiée par Hotel Martinez in the Unbound Collection by Hyatt sur Mardi 30 juin 2020
Sur la Croisette, le Martinez a rouvert ses 409 chambres et suites fin juin. Sans savoir si les clients reviendraient. La direction a proposé de nouvelles offres pour que les clients se sentent comme dans une bulle, comme à la maison mais avec l'accès privé à la plage et des formules en demi-pension.
 

Les personnes se disent : voilà, j'ai passé quatre mois dans le Covid et dans la crise et j'ai envie de sortir de cette crise donc c'est basé sur la fête, le bien-être et le spa. On a fait comme un couple, comme un sanctuaire où la plage et le spa sont réservés aux clients de l’hôtel. 

Yann Gillet, directeur du Martinez

 

 

Formation spéciale Covid


Le protocole sanitaire a été entièrement revu. Au Martinez, une personne référente est chargée de l'hygiène et des procédures de désinfection mises en place pour éviter le risque de contamination. Tout le personnel a suivi une formation spéciale Covid avant de reprendre le travail. Les femmes de ménage utilisent aujourd'hui un produit virucide. Chaque chambre (30 mètres carrré), chaque suite (140 mètres carré) est scrupuleusement vérifiée.

Yoga matinal et collation détox


Le bien-être est devenu une priorité dans la stratégie des grands hôtels. Au Martinez, on organise des cours de yoga et pilates sur la plage tous les matins. Des cours présentés par d'anciennes danseuses du Crazy Horse ! Même chose à l'hôtel Belles Rives, situé à Juan-les-Pins, où le cours de yoga matinal est suivi d'une collation détox. 

Baisses de tarifs

L'hôtel Belles-Rives à Juan-les-Pins n'est pas complet mais teste de nouvelles offres pour attirer une clientèle qui sera française ou nord-européenne.
L'hôtel Belles-Rives à Juan-les-Pins n'est pas complet mais teste de nouvelles offres pour attirer une clientèle qui sera française ou nord-européenne. © FTV - Aline Métais
Cet hôtel mythique, ancienne villa de l’écrivain Scott Fitzgerald doit aussi s’adapter à ce nouveau contexte. Pour faire découvrir cet établissement historique, de dimension plus familiale avec une quarantaine de chambres, il y a des baisses de tarifs et de nouvelles prestations, comme le "beauty corner" :

 

Une cabine de soin dans un cocon avec une seule thérapeute qui soit aux petits soins, on peut privatiser une tente sur la plage ou privatiser un étage d'hôtel ou un hôtel complètement. Stéphane Villaume, directeur du Belles Rives

Stéphane Villaume, directeur du Belles Rives

Des offres de privatisation qui intéressent certaines entreprises. Rien n'est encore conclu mais les devis sont prêts. En attendant, le Juana, dirigé également par Stéphane Villaume, a pu rouvrir ses portes mercredi 8 juillet face à une demande timide, mais croissante. 

Tout l'enjeu pour les professionnels de l'hôtellerie de luxe est de remplir leurs établissements pour sauver la saison 2020 et les emplois. 




 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus tourisme santé société économie
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter