Covid-19 : gestes barrières, couvre-feu... les contrôles policiers renforcés dans les Alpes-Maritimes

Pour lutter contre la propagation du Covid, le gouvernement a annoncé un renfort des contrôles policiers. Les forces de l'ordre s'assurent que le couvre-feu, les jauges dans les lieux accueillant du public et les passages aux frontières sont en règle. Ce samedi à Nice, les vérifications ont débuté.

Le troisième confinement n'est finalement pas tombé. Pour autant, le Premier ministre Jean Castex a promis un renforcement des contrôles de police et de gendarmerie pour faire respecter le couvre-feu et les gestes barrières dans les lieux acueillant du public, afin que les fraudeurs ne puissent pas "ruiner les efforts de tous".

Ce renforcement avait déjà été mentionné par le préfet des Alpes-Maritimes vendredi 29 janvier au matin.

Je le dis avec une forme de solennité et je préviens : dès demain, dès ce week-end, dès ce soir, le tour de vis va s'appliquer pour le respect des mesures. Si on veut vraiment freiner l'épidémie, il faut que tout le monde joue le jeu,

Bernard Gonzalez sur France Bleu Azur ce 29 janvier.

Des contrôles dans les boutiques

Ces contrôles ont été visibles samedi dans des centres commerciaux de la Côte d'Azur, comme à Polygone à Cagnes-sur-Mer. "En raison de l'évolution de l'épidémie et du renforcement des règles sanitaires, il convient d'être plus vigilant et de marquer par une présence des contrôles, le respect des gestes barrières et de la distanciation", explique Yoann Toubhans, sous-préfet de Nice-Montagne.

Le but est de préserver la santé de nos concitoyens et de s'assurer qu'on casse la transmission du virus et sa propagation. 

Yoann Toubhans

Dès ce dimanche 31 janvier, la règle des 8 m2 par personne dans les grandes surfaces commerçantes passe à 10 m2. D'autre part, les centres commerciaux de plus de 20 000 m2 ont été ordonnés de fermer suite aux annonces de Jean Castex vendredi 29 janvier.  

Plus de contrôles dès 18 heures

La préfecture prévoit également de renforcer les contrôles de personnes qui ne respecteraient pas le couvre-feu en 18 heures et 6 heures du matin.

D'après l'institution départementale, "1 personne sur 5" n'avait pas de bonnes raisons d'être dehors après 18 heures lors des contrôles samedi 30 janvier.

En plus des routes contrôlées davantage, la frontière avec l'Italie va également faire l'objet de plus de surveillance. A partir de ce dimanche, les personnes qui voudront passer la frontière devront être munies d'un test PCR négatif de moins de 72 heures.

Malgré ces promesses de renforts de contrôles de toutes parts, quelques restaurateurs appellent à ouvrir leurs établissements ce lundi 1er février.

Parmi eux, au moins un restaurateur de la Côte d'Azur. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie police sécurité italie international