CARTE. Covid-19 : quels sont les centres commerciaux qui vont devoir fermer en Paca à partir de ce dimanche ?

Fin du suspens, pas de reconfinement mais de nouvelles restrictions. Ainsi les centres commerciaux non-alimentaires de plus de 20.000 m2 vont devoir fermer à partir de ce samedi 30 janvier au soir. Voici la carte des sites concernés en Paca. 

Cap 3000 à Saint-Laurent du Var dans les Alpes-Maritimes dont la surface est de 135 000 m2, devrait maintenir l'accès à son magasin alimentaire Monoprix et à la pharmacie.
Cap 3000 à Saint-Laurent du Var dans les Alpes-Maritimes dont la surface est de 135 000 m2, devrait maintenir l'accès à son magasin alimentaire Monoprix et à la pharmacie. © Robin Rico FTV

Les écoles restent ouvertes, pour l'instant, pas de restriction de circulation entre les régions pendant les vacances de février. A l'issue du conseil de défense sanitaire convoqué en urgence vendredi soir, Jean Castex a dévoilé qu'il n'y aurait pas de nouveau confinement pour lutter contre le Covid-19.

Mais le gouvernement veut tout faire pour limiter les "brassages". Dans le viseur : les centres commerciaux non-alimentaires de plus de 20.000 m. Ils ont baissé leur rideau samedi 30 janvier à 18 heures. La fermeture s'appliquerait pour quatre semaines, selon Franceinfo.

Les zones commerciales, parcs d’activité et villages de marques où la circulation du public entre les commerces intervient en extérieur ne sont pas concernés et peuvent rester ouverts. C'est le cas par exemple de Polygone Riviera dans les Alpes-Maritimes.

En revanche, les bâtiments de plus de 20.000 m2 cumulés reliés par des allées closes et couvertes de ces zones doivent fermer.

> Retrouvez sur cette carte, les sites concernés en Paca :

Une jauge renforcée dans les grandes surfaces

On nous a annoncé ça brutalement ce vendredi soir à 21h, c'est une catastrophe économique !

Robert Abela.

Robert Abela est le patron d'Avant Cap (23.000m2) et Casino Barnéoud (39.000 m2) à Plan de Campagne. "Une zone commerciale comme Avant Cap, c'est 110 boutiques. Jusqu'où va aller le "quoi qu'il en coûte"? C'est la mort de ces petits commerçants", souligne-t-il.

"Au mois de mai, on a fermé, les commerçants l'ont accepté parce qu'on était dans un pic épidémique, poursuit Robert Avela. Là, c'est la 3e fermeture avec des gens moralement atteints, ils n'ont plus rien à perdre, il va falloir gérer l'humain." 

Les boutiques de Plan de Campagne vont devoir baisser le rideau à partir de ce samedi soir.
Les boutiques de Plan de Campagne vont devoir baisser le rideau à partir de ce samedi soir. © Georges Robert/MaxPPP

Seules les enseignes non-alimentaires doivent donc fermer et les jauges de fréquentation sont renforcées dans les grandes surfaces autorisées à rester ouvertes. 

"La jauge devrait être renforcée avec un client pour 10 m2, on ne sait pas on n'a pas encore les précisions", ajoutait ce samedi matin le patron de la zone commerciale de Plan de Campagne.

Les magasins de plus de 400 m2 vont en effet devoir restreindre leur nombre de clients a indiqué le ministère de l'Economie dans la journée. Les autres commerces conservent une jauge à une personne pour 8 m2.

Sur les 835 centres commerciaux que compte la France, la moitié ont une surface supérieure à 20.000 m². Aucun n'a été reconnu comme ayant constitué un +cluster+ depuis le début de la crise sanitaire,

a réagi le Conseil national des centres commerciaux (CNCC).

Les exceptions 

Une réunion s'est tenue ce samedi au ministère de l'Economie avec les fédérations de commerce. Il y a été précisé que les commerces alimentaires des centres commerciaux resteraient ouverts, qu’il s’agisse des :

Les commerces fermés n’auront pas la possibilité de faire de "click&collect" ou retrait de commande. En revanche, la livraison de leur produit restera possible.

Dans la galerie Cap 3000 de Saint-Laurent du Var ce samedi 30 janvier.
Dans la galerie Cap 3000 de Saint-Laurent du Var ce samedi 30 janvier. © Robin Rico FTV

Dans les Alpes-Maritimes, les responsables de centre étaient tous ce samedi matin en réunion. Dans les allées de Cap 3000, on reste confiant.

La galerie de Saint-Laurent du Var dont la surface est de 135 000 m2, peut maintenir l'accès à son magasin alimentaire Monoprix et à la pharmacie comme lors des deux premiers confinements,

précise Roch-Charles Rosier, Directeur du centre commercial Cap 3000

Dans les Alpes-Maritimes toujours, le centre Polygone Riviera de Cagnes-sur-Mer dont les allées sont en extérieur a fait connaître ses conditions d'ouverture à partir de ce dimanche 31 janvier. Il est lui toujours autorisé à accueillir le public.

Les centre commerciaux couverts de moins de 20 000 m2 restent bien ouverts, comme c'est le cas à Nice Etoile. Patrick Nolier, directeur de Nice Etoile d'ajouter, "nous respectons aujours'hui les règles sanitaires et les jauges, nous en ferons toujours ainsi".

Le président de la région Sud Paca, Renaud Muselier a estimé pour sa part sur Twitter que ces nouvelles mesures permettent d'éviter "pour l'instant un reconfinement". Il attribue une part de ces décisions à la "consultation des élus" ce jeudi qui "a incontestablement porté ses fruits".

La situation est particulièrement tendue en Paca où six transferts de malades ont eu lieu cette semaine vers d'autres territoires notamment à Vannes et à Saint-Brieuc en Bretagne et en Occitanie, pour soulager les hôpitaux.

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
paca économie covid-19 santé société