" Le drame des féminicides appelle une réponse urgente ", interpelle une députée des Alpes-Maritimes

Lors de la séance de questions au gouvernement de ce mardi 17 septembre, la députée des Alpes-Maritimes Laurence Trastour-Isnart a interpellé les ministres au sujet des féminicides, après le meurtre d'une jeune femme par son compagnon à Cagnes-sur-Mer.
Laurence Trastour-Isnart, députée Les Républicains dans les Alpes-Maritimes.
Laurence Trastour-Isnart, députée Les Républicains dans les Alpes-Maritimes. © Stéphane de Sakutin / AFP
" Salomé, 21 ans, a été battue à mort par son concubin à Cagnes-sur-Mer. C’est le 100 e féminicide depuis le début de l’année. "

C’est ainsi que la députée des Alpes-Maritimes, Laurence Trastour-Isnart débute sa prise de parole à l’Assemblée nationale ce mardi 17 septembre, lors d’une séance de questions au gouvernement.
 
Il y a plus de deux semaines, le corps d'une jeune femme, tabassée à mort, est retrouvé sous un tas d'ordures à Cagnes-sur-Mer. Son compagnon est mis en examen et incarcéré.
   

Quand allez-vous véritablement agir pour sauver des vies ? 

« Depuis l’élection d’Emmanuel Macron il y a 28 mois, plus de 280 femmes sont mortes. Quand allez-vous véritablement agir pour sauver des vies ? » continue la députée de Cagnes-sur-Mer.

Laurence Trastour-Isnart défend la proposition de loi portée par son collègue Aurélien Pradié, visant à agir contre les violences faites aux femmes. Elle évoque notamment la généralisation du bracelet électronique :  " le conjoint violent doit être automatiquement et immédiatement éloigné du domicile par une mesure préventive et être surveillé par bracelet électronique ".
 
La députée des Alpes-Maritimes souhaite aussi supprimer les réductions de peine pour les auteurs de violences conjugales : " de véritables peines à perpétuité doivent être prononcées en cas de féminicide, et pas des peines à perpétuité qui durent 20 ans. "

Le texte sera examiné le 10 octobre. Rappelons qu'en France, chaque année, environ 219 000 femmes adultes sont victimes de violences conjugales.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
féminicide violence conjugale société politique