Dans les Alpes-Maritimes, 2/3 des violences faites aux femmes sont conjugales

Des fleurs déposées en hommage à Salomé, tuée à Grasse. Elle est la 100e victime de féminicide, en France, en 2019 / © FTV
Des fleurs déposées en hommage à Salomé, tuée à Grasse. Elle est la 100e victime de féminicide, en France, en 2019 / © FTV

Le Procureur de Grasse recense 950 plaintes pour violences conjugales depuis le début de l’année. En 10 mois, c’est plus que sur l’année 2018, précise Fabienne Atzori. Le Grenelle des violences conjugales débute ce lundi 14 octobre.

Par Coralie Chaillan & ALH

A Grasse, le meurtre de Salomé constitue le 2e meurtre conjugal depuis le début de l’année 2019. A ce jour, nous avons enregistré 950 plaintes pour violences conjugales dans les Alpes-maritimes explique le Procureur de la République de Grasse, le 4 septembre lors d'une conférence de presse.

Le Parquet a alors précisé que les violences conjugales constituent un contentieux de masse. Des cas qui sont traités tous les jours, au quotidien, avec énormément de gardes à vue et des faits contestés dans la plus grande partie des cas. 

 

Dans le département, 2/3 des violences faites aux femmes sont conjugales


En 2015, 13 femmes ont été tuées sous les coups de leurs compagnons dans le département qui décroche, cette année-là, un triste record national. Les Alpes-Maritimes ont d’ailleurs figuré plusieurs fois en tête des départements français concernant cette statistique.

Depuis trois ans, le nombre de cas de féminicides conjugaux dans le département recule (2 en 2016, 8 en 2017, 7 en 2018) contrairement à la tendance nationale.

En 2018, le ministère de l’intérieur a recensé 121 crimes sur conjoint (1 meurtre, tous les 3 jours). Depuis le début de l’année, les chiffres sont encore plus alarmants. Selon l’association Nous Toutes !, c’est désormais 1 crime, tous les 2,5 jours. Salomé, la jeune-femme de 21 ans, tuée la semaine dernière, à Cagnes-sur-Mer, est la 100ème victime de féminicide, en France, depuis le début de l’année. Chiffre qui a depuis été porté à 102. 

Un réseau de lutte créé en 2018

Un schéma départemental de lutte contre toutes les violences faites aux femmes a été mis en place dans les Alpes-Maritimes depuis un an.

Il s’agit de coordonner les actions pour mieux repérer les victimes, on sait que c’est un enjeu essentiel, et pour mieux les prendre en charge. C’est politique fortes que les procureurs de la République et le Préfet souhaitent mener.


Invitée du 19/20 ce mardi 3 septembre, Natacha Himelfarb, déléguée aux droits des femmes et à l'égalité dans les Alpes-Maritimes,  précise qu’un Grenelle départemental des violences faites aux femmes a lieu ce 14 octobre.
 
 

109 places en accueil d’urgence dans les Alpes-Maritimes


Lors du Grenelle des violences conjugales, le gouvernement a annoncé la création de 1 000 nouvelles places d’hébergement d’urgence en France. Dans les Alpes-Maritimes, il en existe 190.

Invité de France Bleu Azur en septembre, le Préfet des Alpes-Maritimes a évoqué une nouvelle fois, sa proposition de créer un centre d’accueil pour femmes battues dans la commune de. Bernard Gonzalez a précisé qu’une nouvelle agression a eu lieu la nuit dernière :

Tous les jours il y a des cas qui peuvent dégénérer. Cette nuit du 6 septembre, les services de police ont une nouvelle fois dû intervenir. A Nice, une femme a été battue par son conjoint et a été hospitalisée

 


39 19 : le numéro d’urgence


Vous êtes victime, témoins d’une agression, ou vous faites partie de l’entourage d’une femme battue ? Sachez qu’il existe un numéro d’urgence spécialement dédié aux femmes victimes de violence.  
Gratuit et anonyme, ce numéro de téléphone qui a un rôle d'écoute, d'information et d'orientation est accessible 7 jours sur 7 (de 9h à 22h du lundi au vendredi et de 9h à 18h les samedis, dimanches et jours fériés).
 

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus