Dans les EHPAD, comme à Contes, visites et sorties sous haute surveillance avant les vaccinations

Publié le Mis à jour le
Écrit par Denise Delahaye .

À titre exceptionnel, pour la période des fêtes de fin d’année, les sorties des résidents des EHPAD dans leur famille sont facilitées mais strictement encadrées.

"C'est un grand moment, un beau moment"

À première vue, pour ce jour de Noël, rien d'extraordinaire, un simple repas en famille, avec son fils et sa belle-fille. Mais aujourd'hui, Monsieur Costa est ému aux larmes. Cela fait des mois qu'il n'a plus franchi le portail de l'établissement pour personnes âgées dépendantes dans lequel il réside à Contes (Alpes-Maritimes). Même si le personnel est bienveillant, à 85 ans, la solitude lui pèse.

Mon  fils et ma belle-fille vont s’occuper de moi et m’apporter beaucoup de gentillesse. On ne peut pas rêver mieux à mon âge, on en manque toujours, on en a jamais assez.

Les sorties dans les familles sont actuellement autorisées à titre exceptionnel. Afin de limiter au maximum les risques de rebond épidémique après les fêtes, elles sont très fortement encadrées. Tout d'abord, les proches sont encouragés à réaliser un test RT-PCR ou TAG préalablement à l’événement familial. Ensuite, à leur retour dans l’établissement, les résidents doivent réaliser un test RT-PCR ou antigénique. Mais le plus contraignant est l'obligation pour les résidents de rester "isoler" durant 7 jours. Un trop lourd tribut pour certaines personnes âgées. Pas pour Monsieur Costa.

C’est le prix à payer, mais c’est un prix minime au regard des sentiments que cela m'apporte

Dans cet Ehpad de Contes, ils sont seulement 4 résidents à avoir fait la démarche.

Monsieur Costa monte dans la voiture de son fils visiblement heureux lui aussi de "ramener son père à la maison, de blaguer, de parler du passé et du futur". Il espère qu'il y en aura d'autres bientôt et sans rendez-vous". Normalement.

Les visites dans les établissements facilitées

Les visites dans les EHPAD, elles, doivent respecter les mesures suivantes :

  • Les visites doivent être organisées sur prise de rendez-vous préalable, en semaine et le week-end. Les directions d’établissement veillent à garantir l’attribution d’au moins une plage horaire de rendez-vous pendant la période des fêtes à chaque résident qui en exprimerait le souhait.
  • Les visites se tiennent dans un espace dédié aménagé afin de garantir le respect des gestes barrières.
  • Les visites en chambre peuvent être autorisées, pour les résidents ayant des difficultés à se déplacer, pour les résidents COVID +, ou en cas d’indisponibilité des espaces dédiés aux visites.
  • Le nombre de visiteurs par résident et de la durée des plages de rendez-vous peuvent être augmenté pour faciliter l’organisation et permettre des conditions de visite plus conviviales

Pour les résidents atteints par la Covid-19

À titre exceptionnel, les résidents COVID + peuvent également être autorisés à recevoir de la visite dans les conditions suivantes :

  • Les visites ne pourront se faire uniquement en chambre, avec 2 visiteurs maximum.
  • La chambre doit être aérée au préalable et durant la visite.
  • Le résident et ses proches devront obligatoirement porter un masque chirurgical durant toute la durée de la visite.
  • Les visiteurs devront également porter des gants et des blouses.
  • Les mesures barrière et de la distanciation devront être strictement observées par les visiteurs diurant toute la durée de la visite
  • Les visiteurs devront se déshabiller (blouses) à la sortie de la zone Covid, changer de masque et se friction lesmains avec du gel hydroalcoolique.

Les vaccins arrivent 

Comme l'ensemble de l'Union européenne, la France va débuter sa campagne de vaccination ce lundi 28 décembre. Les premières injections seront effectuées sur les publics dit prioritaires, les résidents d'établissements pour personnes âgées et leurs soignants. Le vaccin est celui développé par l'américain Pfizer et l'allemand BioNTech, le seul actuellement sur le marché. Deux EHPAD bénéficieront de cette vaccination dès ce dimanche. Le premier est situé en Bourgogne-Franche-Comté, où le taux d'incidence est le plus élevé et le second est dans un des départements les plus touchés, la Seine-Saint-Denis. En France, 7.000 établissements seront concernés.

Cela commencera dans un petit nombre d'établissements pour personnes âgées, et s'élargira progressivement à toute la France en janvier

Olivier Véran, ministre de la Santé



Ce vaccin a été validé ce lundi par l'Agence européenne du médicament, puis ce jeudi par la Haute autorité de santé (HAS). Il "peut être utilisé chez les personnes de 16 ans et plus", "du fait de son efficacité et de son profil de tolérance satisfaisant", a estimé l'autorité sanitaire à la veille de Noël.  Ce produit, baptisé Comirnaty, est "très bien toléré", avec "très peu d'effets secondaires graves", a-t-elle indiqué.



Un protocole établi par le ministère de la Santé définit très précisement les conditions de cette vaccination, il a été envoyé à tous les EHPAD français. Si la personne concernée ne peut donner un consentement "éclairé", son représentant légal, ou une personne de sa famille pourra faire ce choix pour elle. 

Sans accord, il n'y aura pas de vaccination.

En région Provence-Alpes-Côte d'Azur, la campagne de vaccination devrait commencer le 4 janvier prochain, les demandes d'autorisation devraient débuter ce lundi.

Dans les Alpes-Maritimes, depuis le début de la pandémie, l'Agence Régionale de la Santé a dénombré plus de 1600 pensionnaires d'Ehpad positifs au coronavirus. Au moins 140 décès seraient liés à la maladie dans les établissements du département.

De son côté, ce jeudi, l'Agence nationale de santé publique a publié un dernier bilan  sur l'évolution du Covid. 292 personnes sont décédées dans les hôpitaux en 24 heures, suite aux 278 dèces ce mercredi. Depuis le début de la pandémie 62.268 morts sont à déplorer dont 43.073 à l'hôpital.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité