L’élection de Christian Jacob à la tête des Républicains plutôt bien reçue par les élus de la Côte d'Azur

Jean Leonetti, maire d'Antibes et président LR en intérim, serre la main à Christian Jacob, nouveau président des Républicains. / © Martin Bureau / AFP
Jean Leonetti, maire d'Antibes et président LR en intérim, serre la main à Christian Jacob, nouveau président des Républicains. / © Martin Bureau / AFP

Christian Jacob, député de Seine et Marne, a été élu président du parti Les Républicains ce dimanche 13 octobre. Les élus de la Côte d'Azur, notamment d'Antibes  LR saluent, en grande majorité, son arrivée à la tête du parti.

Par Pauline Thurier

Elu dès le premier tour ! Christian Jacob est devenu le président du parti Les Républicains, dimanche 13 octobre dans la soirée, avec 62,58% des voix.
Le député de Seine-et-Marne a battu les deux autres candidats Julien Aubert, député du Vaucluse, et Guillaume Larrivé à plates coutures : 21,28% pour l’un et 16,14% pour l’autre.

Sur la Côte d’Azur, la nouvelle de son élection a été plutôt bien accueillie par les élus locaux.
 
En prenant la tête des Républicains, Christian Jacob récupère la place de Jean Leonetti. Le maire d’Antibes occupait le poste en intérim depuis la démission de Laurent Wauquiez après la défaite du parti aux élections européennes de mai dernier. Sur Twitter, il félicite son remplaçant et salue la campagne "digne et respectueuse" qu’ont mené les trois candidats.
 

Eric Ciotti, député et conseiller départemental des Alpes-Maritimes, s’est ravi de l’élection de Christian Jacob. "C’est la victoire du rassemblement dans la clarté et la fidélité à nos valeurs", écrit-il après l’annonce.
 

Il promet au nouveau président des Républicain d’être à ses côtés "dans ce travail de reconstruction". En effet, le parti de la droite française semble plus que jamais divisé, multipliant les départs depuis la défaite des européennes. Christian Jacob n’a pas occulté cette crise du parti dimanche soir dans son discours de remerciements : "Chacun sait la difficulté de remettre sur les rails notre mouvement qui, depuis sept ans, a vécu tant de périodes critiques.
Nous n’y parviendrons que si tous acceptent clairement de mettre leurs ambitions personnelles et leurs ego de côté pour se consacrer exclusivement à la préparation de notre projet d’alternance au macronisme."

Christian Estrosi voit déjà en Jacob l’espoir d’une "droite moderne". Le maire de Nice salue un côté rassembleur et "respectueux de toutes les sensibilités" chez son "ami".
 

David Lisnard, quant à lui, s’est fait plus discret sur les réseaux sociaux concernant l’élection de Christian Jacob. Il souligne la bonne tenue du poste de président des Républicains par Jean Leonetti pendant sa période d’intérim.
 


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus