Guerre entre Christian Estrosi et Eric Ciotti : le maire l'accuse de vouloir “déstabiliser” la ville

Christian Estrosi vs. Eric Ciotti ? / © France 3
Christian Estrosi vs. Eric Ciotti ? / © France 3

Duel, guerre, face à face cinglant... Cela fait des mois qu'entre les deux hommes forts du département des Alpes-Maritimes, la relation est pour le moins tendue. Dans son édition de ce week-end , le JDD relate que les relations entre eux ne sont plus que protocolaires. Les anecdotes sont nombreuses.

Par @annelehars

Se faire la bise ? Si la pratique est répandue dans le Sud  et en politique, elle n'est plus d'actualité entre les deux hommes. Froide poignée de main, rencontres réduites au strict minimum, des projets sabordés de part et d’autre : l’ambiance est délétère entre Christian Estrosi et Eric Ciotti, selon le JDD de ce dimanche 12 novembre.

L'anecdote la plus criante concerne les lignes de téléphone. En juillet dernier, le trésorier de la fédération Les Républicains des Alpes-Maritimes aurait brusquement cessé de régler les factures de téléphone et d’entretien de la photocopieuse de la permanence du maire de Nice.

"En tant que secrétaire départemental, j’ai considéré qu’à partir du moment où il avait apporté son soutien à nos adversaires, je n’avais plus à payer 4.000 euros par mois de frais pour sa permanence" », a indiqué au JDD le député LR, Eric Ciotti.

La veille déjà, c’est Le Monde qui consacrait une longue enquête aux "Frères ennemis de la Côte d’Azur". Le quotidien du soir revenait sur le parcours de ceux qui furent les meilleurs alliés du monde à partir de 1998, date de leur rencontre lors d’un dîner avec Gaston Franco, jusqu’au climax de leur union politique, 20 ans plus tard, quand Christian Estrosi cédait son siège de président du conseil général des Alpes-Maritimes à Eric Ciotti… avant la rupture, à partir de 2010.

Depuis la parution de ces articles dans la presse nationale, les deux protagonistes n’ont pas réagi. En tous cas officiellement et frontalement. Ils ont continué de se marquer à la culotte, sur le terrain et les réseaux sociaux. Comme lors de l’inauguration du festival "C’est pas classique", piloté par le conseil départemental que préside Eric Ciotti, mais créé il y a treize ans sous la présidence de Christian Estrosi, ce que ce dernier n’a pas manqué de rappeler :

Ce contenu n'est plus disponible

Lors de la commémoration du 11 novembre à Nice, où Eric Ciotti a rendu hommage aux "fils de Nice tombés pour nos libertés", reprenant l’expression que Christian Estrosi avait choisie en titre de son autobiographie parue en 2013…

Ce contenu n'est plus disponible


Dernier épisode 

Invité de France 2 ce mardi 14 novembre, M. Estrosi s'en est pris au député des Alpes-Maritimes "qui, au quotidien, s'alimente de petites phrases, de petites querelles, d'une volonté de déstabiliser une population entière. Parce que quand on s'attaque au maire d'une grande ville simplement par ego personnel, c'est à une ville tout entière qu'on s'attaque, à une population".

Voir son interview dans "Les 4 vérités" sur France 2 (à partir d'1h 08 minutes) : www.france.tv/france-2/

Après le temps des piques viendra peut-être le vrai choc, lors de l'élection municipale de 2020 à Nice.


A lire aussi

Sur le même sujet

SUIVEZ LES ELECTIONS SENATORIALES 2017 SUR FRANCE INFO

Journée de mobilisation à Marseille

Près de chez vous

Les + Lus

Nouveau !Abonnez-vous aux alertes de la rédaction et suivez l'actu de votre région en temps réel

Je m'abonne