Alpes-Maritimes : la pyrale du buis fait des ravages

La pyrale du buis est un papillon originaire d'Extrême Orient, dont la chenille se nourrit de buis / © FTV
La pyrale du buis est un papillon originaire d'Extrême Orient, dont la chenille se nourrit de buis / © FTV

La pyrale du buis (Cydalina perspectalis ) est arrivée d'Asie et détruit méthodiquement certains arbustes. Son régime alimentaire : les buis. Elle n'a pas de prédateur connu à ce jour. 

Par Catherine Lioult

Au départ, il y a une chenille verte particulièrement vorace. 
 
La pyrale du buis est un papillon dont la chenille mange du buis, et exclusivement du buis. / © Photo, Fabrice Rosaci, FTV
La pyrale du buis est un papillon dont la chenille mange du buis, et exclusivement du buis. / © Photo, Fabrice Rosaci, FTV

Elle dévore méthodiquement les feuilles des buis, puis elle se transforme en papillon de nuit, de forme triangulaire, blanc argenté bordé de noir, d’ une taille de environ 30 à 40 millimètres d’envergure. L'insecte ravageur en provenance d'Asie Orientale est arrivé en Europe dans les années 2000 et en France, et cette pyrale du buis  (Cydalina perspectalis ou Diaphania perspectalis) est à prolifération rapide. Elle gagne du terrain un peu plus chaque année car arbre est présent sur tout le territoire.


Les Alpes-Maritimes, un département très impacté


Plus de 50 départements, dont les Alpes-Maritimes, sont touchés selon le Ministère de l'Agriculture.
Les habitants de la Côte d'Azur font part sur les réseaux sociaux d'une forte présence de ce ravageur à cette période de l'année, particulièrement dans les Préalpes, au dessus de Grasse.
Pour preuve, cette vidéo postée sur le site de Nice Météo.
 

La pyrale du buis a un cycle non stop tout l’année, sauf quand il fait vraiment froid, ce qui n'est pas le cas sur la Côte d'Azur. Les arbres dépérissent, et la surveillance est accrue dans différents départements. 
 

Un groupe Facebook existe et permet d'échanger les expériences sur l'éradication d'un insecte qui pour l'instant, n'a pas de prédateur.
Certaines communes optent pour des nichoirs à chauve-souris, des mésanges bleues et des hirondelles vont être installés pour lutter à la fois contre le moustique tigre, les chenilles processionnaires du pin et la pyrale du buis.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus