Bicentenaire de la mort de Napoléon. Redécouvrez l'histoire du débarquement à Golfe-Juan et de la route Napoléon

À l'occasion du bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte, le 5 mai 2021, nous vous proposons une série d'articles sur les traces que l'Empereur a laissées dans notre région. Découvrez son lien avec Golfe-Juan et partez sur la route Napoléon.

Panneau indiquant le début de la route Napoléon à Golfe-Juan, dans les Alpes-Maritimes.
Panneau indiquant le début de la route Napoléon à Golfe-Juan, dans les Alpes-Maritimes. © Anne le Hars / France Télévisions

En collaboration avec Olivier Ghebali, de la délégation Nice-Alpes-Maritimes du Souvenir napoléonien, nous marchons sur les traces laissées par l'Empereur. Cette fois-ci, nous remontons le temps et la route Napoléon, de Golfe-Juan à Séranon.

En 1803, les Alpes-Maritimes comptaient 91 000 habitants. Nice était la ville la plus importante, avec environ 20 000 habitants. Sur la rive droite du Var, seule Grasse atteignait 12 000 habitants.

Exilé au large de la Corse en 1815, Napoléon quitte l'île d'Elbe en mars avec quelques centaines de soldats. Il débarque ensuite dans les Alpes-Maritimes. Son épopée le long de cette route de Golfe-Juan à Grenoble lui permit de reprendre le pouvoir pendant la période des "cent jours", avant la défaite de Waterloo.

Nice, Antibes, Grasse... Sur les traces de l'Empereur dans les Alpes-Maritimes :

Après avoir débarqué, Napoléon traverse le département en un jour. Voici son parcours.

► Vallauris-Golfe-Juan

Colonne surmontée du buste de Napoléon marquant le souvenir du débarquement de 1815.
Colonne surmontée du buste de Napoléon marquant le souvenir du débarquement de 1815. © Anne le Hars / France Télévisions

► Antibes

► Cannes

► Mouans-Sartoux

L'émission "Des Racines et des Ailes" consacrée à la route Napoléon :  

► Grasse

►Saint-Vallier-de-Thiey

► Escragnolles

Sur la place du Lavoir d'Escragnolles, une grande fresque en mosaïque retrace l’épopée du général Mireur à la tête des Fédérés. On peut y lire : "1792 François Mireur héros de La Marseillaise".
Sur la place du Lavoir d'Escragnolles, une grande fresque en mosaïque retrace l’épopée du général Mireur à la tête des Fédérés. On peut y lire : "1792 François Mireur héros de La Marseillaise". © MAXPPP

► Col de Valferrière (entre Escragnolles et Séranon)

► Séranon

Vue générale du petit village de Séranon, au-dessus de Grasse.
Vue générale du petit village de Séranon, au-dessus de Grasse. © France Télévisions

Le préfet du Var, comte de Bouthillier, a appelé à attaquer de front la colonne impériale. Une ordonnance royale du 6 mars déclare Napoléon Bonaparte traître et rebelle et ordonne de l’arrêter et de le traduire devant un conseil de guerre.
Cela n'arrivera pas et Napoléon remontera à travers les Alpes pour un ultime sursaut jusqu'à la fin du premier Empire avec la défaite à Waterloo et l'exil à Sainte-Hélène.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
histoire culture souvenir routes transports patrimoine