Cette ville des Alpes-Maritimes veut limiter toutes ses routes à 30 km/h

La commune de Peymeinade, dans les Alpes-Maritimes, a annoncé ce mardi 3 octobre vouloir passer l'ensemble de son réseau routier à 30 km/h.

Les quelque 8 000 habitants de Peymeinade vont devoir lever le pied. Cette petite commune, située à l'ouest de Grasse, possède un territoire d'une dizaine de kilomètres carrés. 

La ville indique que cette limitation est mise en place pour "améliorer la sécurité des citoyens". Elle entrera en vigueur dès que "que les panneaux seront posés aux entrées de ville, c’est-à-dire dans les semaines à venir".

Bien sûr, nous passerons par une phase pédagogique avant de faire de la répression. Ce que nous voulons, c’est réduire la vitesse sur l’ensemble du maillage des chemins dont est constituée la commune.

Philippe Sainte-Rose Fanchine, maire de Peymeinade

"Tout à 30, c'est une aberration"

Du côté des associations d'automobilistes, cette mesure n'est pas soutenue : "Tout à 30, c'est une aberration, il faut que cela soit respectable… Il faut se déplacer, il y a des livreurs, des professionnels de la route" regrette Frédéric Ozon, président de l'Automobile club de Nice, membre de 40 millions d'automobilistes.

Ce n’est pas la bonne solution. C’est important en hypercentre, quand il y a des écoles, des hôpitaux, mais si c’est pour mettre sur une ligne droite, ça va générer des excès de vitesse qui seront facilement sanctionnés.

Frédéric Ozon, président de l'Automobile club de Nice.

Réponse du maire : "la fluidité dans la commune, on peut en parler. Il se trouve que cet axe est régulièrement bouché aux heures de pointe parce qu’il y a un trafic qui s’effectue de l’ouest vers l’est, donc la fluidification ne dépendra pas de la "zone 30".

"Un village rue"

"Nous avons déjà des "zones 30" en centre-ville puisque Peymeinade est "un village rue", traversé par la départementale D2562", précise le maire sans étiquette.

"Mais nous avons aussi des "zones 30", des axes parallèles à cette départementale toujours situés en centre-ville. Ce sont des chemins étroits, dépourvus de trottoirs, où les voitures ont du mal à se croiser par endroits. Donc, dans le cadre d’une politique d’amélioration de la sécurité et de la facilitation des déplacements, cela nous est paru être une solution."

Le maire reconnaît aussi avoir un grand nombre de doléances de riverains qui se plaignent des vitesses excessives dans leurs quartiers. Des conseils de quartiers repartis sur le territoire de la commune n'auraient donc pas été suffisants.

La route départementale 2562 est incluse dans la limitation à 30 km/h ce qui n'est pas le cas de la D13, se trouvant hors agglomération :

"Toujours une bonne chose"

Hélène Veyron est directrice régionale de la Prévention routière Sud-PACA Corse. Face à cette nouvelle mesure, elle affiche sa satisfaction : "C’est toujours une bonne chose parce que le passage à 30 km/h permet une mobilité plus apaisée entre l’ensemble des usagers de la route".

Elle rappelle que la vitesse est la première cause, avec l’alcool, des accidents sur la route. Le fait de baisser la vitesse diminue considérablement le risque d'accident.

Passer les centres-villes à 30 km/h, la mesure a été suggérée lors du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) de juillet 2023 avec la Première ministre Elisabeth Borne. La prévention routière est favorable à l'obligation du passage à cette vitesse dans tous les centres-villes.

Dans le cas de Peymeinade, la ville va même plus loin : il s'agit de l'ensemble des routes gérées par la commune.

L’association Prévention routière décerne un label aux villes qui mènent des actions pour améliorer la sécurité et Peymeinade a posé sa candidature en 2023.

Un label décerné, chaque année, depuis 6 ans, aux villes qui mènent des actions pour améliorer la sécurité. En France, ce sont 383 communes qui ont obtenu ce label en 2022, dont en Paca :

  • Bandol,
  • Fos-Sur-Mer,
  • Graveson,
  • Istres,
  • Martigues,
  • Ollioules,
  • Saint-Michel-l’Observatoire
  • Sollies-Toucas.

Sur l’ensemble du territoire, départements et régions d'outre-mer et collectivités d'outre-mer compris, qui compte 34 945 communes, cela représente 1,09 % des communes.

La commune des Alpes-Maritimes saura le 21 novembre si elle recevra ce label.

Pourquoi ne l’avoir pas fait avant ?

    Ce changement était prévu dans le programme de campagne de 2020. La municipalité en place souhaite le réaliser par étapes. L'édile de la ville ne veut pas s'arrêter là : "Nous avons déjà instauré, tout d’abord, quelques "zones 30" et pas seulement en centre-ville. Puis nous avons envisagé de faire une "zone 20" en centre-ville, mais c’est encore à l’étude."

      Cette zone à 20 km par heure impliquerait des travaux d’aménagements des sols et des voiries particuliers et significatifs, ce qui "demande réflexion et un budget conséquent" précise Philippe Sainte-Rose Fanchine.