Départementales 2021 dans les Alpes-Maritimes : Grasse, dernier canton à rester de gauche face à la vague LR

Sur les 54 membre du futur conseil départemental des Alpes-Maritimes, seuls deux seront à gauche : Marie-Louise Gourdon et Mathieu Panciatici, vainqueurs à Grasse 2, ce 27 juin à l'issue du deuxième tour des départementales. A Contes, le communiste Francis Tujague a été devancé par un candidat LR.

L'union de la gauche et des écologistes ne conserve qu'un seul binôme dans les Alpes-Maritimes, issu du canton de Grasse 2, largement gagné face au RN notamment par Marie-Louise Gourdon.
L'union de la gauche et des écologistes ne conserve qu'un seul binôme dans les Alpes-Maritimes, issu du canton de Grasse 2, largement gagné face au RN notamment par Marie-Louise Gourdon. © ABJ Maxppp

La tendance déjà présente en 2015 se confirme en 2021 : la gauche s'estompe encore un peu plus dans les Alpes-Maritimes. Dimanche 27 juin, à l'issue du deuxième tour des élections départementales, seul le canton de Grasse 2 a à sa tête des représentants de gauche.

Marie-Louise Gourdon (PS) et Mathieu Panciatici (EELV) sont les irréductibles des Alpes-Maritimes. En tête au premier tour avec 35,54 % des suffrages, le duo PS-EELV a été élu haut la main avec 67,73 % face au binôme du Rassemblement National Liliane Thomas et Jean-Yves Tussy (32,27 %). Elue en 2008 dans le canton de Mougins puis dans le nouveau canton Grasse 2 en 2015, Mme Gourdon rempile pour un troisième mandat.

Notre réussite a été notre campagne, on a parlé avec les gens, on n'a pas distribué des tracts. Les personnes attendent qu'on s'intéresse à eux

a-t-elle déclaré sur le plateau de France 3 Cote d'Azur.

Seul le canton de Grasse 2 dans les Alpes-Maritimes n'est pas de droite dans le département.
Seul le canton de Grasse 2 dans les Alpes-Maritimes n'est pas de droite dans le département. © FTV

Marie-Louise Gourdon et Mathieu Panciatici, 24 ans, seront seront les deux seuls élus d'opposition dans le futur conseil départemental des Alpes-Maritimes présidé par Charles-Ange Ginésy (LR).

"On est heureux d'exister encore", a-t-elle concédé, soulagée. Car Contes, bastion détenu par le PCF depuis 1945, est tombé dans les griffes des Républicains et de son jeune loup Sébastien Olharan (27 ans), devenu maire de Breil-sur-Roya à la surprise générale l'an passé. "Nous voulions faire enfin entendre la voix de ces vallées qui ont tant besoin de se développer et de se relever pour celles frappées par la tempête Alex", a déclaré Olharan, notamment félicité par Eric Ciotti, président du Conseil départemental du Var, où la gauche est totalement absente.

Le député Eric Ciotti et le nouvel élu Sébastien Olharan, maire de Breil-sur-Roya. Un an après son élection aux municipales, il est à 27 ans conseiller départemental.
Le député Eric Ciotti et le nouvel élu Sébastien Olharan, maire de Breil-sur-Roya. Un an après son élection aux municipales, il est à 27 ans conseiller départemental. © Magali Roubaud FTV

Une défaite du PCF que Marie-Louise Gourdon regrette, forcément. "Ca me fait beaucoup de mal, on a fait beaucoup de mandats côte à côté avec Francis Tujague (battu par Olharan). C'est grave, c'est embêtant." Maire de Contes, Tujague, battu de 142 voix par Olharan, était en place depuis 1996. Une page se tourne dans ce canton qui contient la communauté de communes du pays des Paillons et la communauté d'agglomérations de la Riviera française, ravagées par la tempête Alex, le 3 octobre 2020.

Louis Anfosso (1945-1945), François Demattéis (1945-1951), Albert Ollivier (1951-1965), Odile Ollivier (1966-1970), Roger Carlès (1970-1996) et donc Francis Tujague (1996-2021). Autant de candidats PCF ou apparentés, souvent maires de la commune de Contes, qui se sont succédé à la tête du canton.

Travailler en "bonne intelligence"

Face à cette assemblée départementale quasi-exclusivement composée d'élus Les Républicains, Marie-Louise Gourdon, également maire adjointe de Mouans-Sartoux en charge du Festival du livre, et Mathieu Panciatici vont-ils réussir à ne pas être de simples faire-valoirs ?

Oui, selon Mme Gourdon, qui s'appuie sur le mandat précédent. "Avec Charles-Ange Ginésy, on a pu travailler en bonne intelligence, chacun avec ses convictions. On a élaboré des choses qui ont fonctionné dans les collèges, les cantines, les routes, c'est au-dessus de la politique politicienne." Elle assure : "Je continuerai à travailler en gardant mes propres convictions : écologie, humanisme, solidarité, social."

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par France 3 Côte d'Azur (@france3cotedazur)

L'élue de 69 ans estime que les mandats qu'elle a menés pourraient constituer un bon exemple pour renouer le lien de confiance avec les citoyenss - l'abstention s'est élevée à 65,47 % à Grasse 2 ce dimanche. "Ce qui a payé, c'est la proximité, la solidité des projets, la solidité du rapport avec les habitants, je suis tout le temps avec les associations sur le terrain..."

Quand on s'intéresse aux gens, à leurs problèmes, ce qu'ils attendent, comment on peut résoudre, quelle est la bonne solution et réfléchir ensemble, je peux vous garantir qu'on a la clé d'une autre politique.

Marie-Louise Gourdon, adjointe au maire de Mouans-Sartoux et créatrice d'un important festival du livre.

Pour elle, être le plus concret possible avec les concitoyens est une possibilité pour les faire de nouveau voter. Un sacré défi qu'elle est prête à relever.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections départementales 2021 politique élections les républicains parti socialiste