• L'actu en vidéos
  • SOCIÉTÉ
  • POLITIQUE
  • ECONOMIE
  • SPORT
  • FAITS DIVERS

Grasse : la présidente d'une association de protection des animaux condamnée à 16 mois de prison pour actes de cruauté

Joëlle Moulard, la présidente de l'association biotoise Paradise Cats, à son arrivée au palais de justice de Grasse ce mardi. / © D.P. / France 3 Côte d'Azur
Joëlle Moulard, la présidente de l'association biotoise Paradise Cats, à son arrivée au palais de justice de Grasse ce mardi. / © D.P. / France 3 Côte d'Azur

A Biot, en novembre dernier, plusieurs chats morts ou abandonnés avaient été découverts au domicile d'une présidente d'association de protection des animaux. Devant le tribunal correctionnel de Grasse, elle devait répondre d'actes de cruauté et sévices. Elle a été condamnée à 16 mois de prison.

Par CL & ALH

Devant le tribunal correctionnelle à Grasse,  Joëlle Moulard, présidente de l'association biotoise Paradise Cats devait répondre d'actes de cruauté et sévices sur animaux. Les associations, parties civiles, étaient présentes à l'audience. Elle a été condamnée ce jeudi 4 avril à 16 mois de prison dont 6 avec sursis dans l’affaire Paradise Cat’s.
 
Les expertises psychologiques ont fait état de troubles psychiatriques pouvant altérer le discernement de l'accusée.

Le procureur a requis une peine de 16 mois de prison dont 6 avec mise à l'épreuve. Une interdiction définitive de détenir un animal, l’impossibilité d’exercer toute profession en lien avec des animaux pendant cinq ans et une obligation de soins ont également été demandés.

Le jugement a été mise en délibéré au 4 avril prochain.
 

Une expulsion, et des animaux laissés à l'abandon


A Biot, dans sa villa du chemin de Saint-Julien, elle recueillait des chats abandonnés, jusqu'à 200 matous.
Le nom de son association qu'elle avait fondée ? Paradise Cats. Mais le 22 octobre 2018,  la présidente de l'association a été expulsée et les animaux ont été laissés à l'abandon, certains dans des cages, d'autre en liberté, tous dans un état d'hygiène épouvantable. Certains chats sont donc morts, en état de décomposition, au milieu de leurs excréments. C'est l'Association Au service des animaux 06 qui avait médiatisé l'affaire.
 

C'est le réseau association UPA 06 qui, saisi par des riverains, a fait le déplacements et alerté les forces de l'ordre. C'était le 14 novembre dernier.
 

Réaction des représentants de l'ASA 06 à cette condamnation :

Contactée Cécilia Fruleux, directrice ASA 06, nous a fait part de sa réaction à cette décision  : "le plus important n'est pas qu'elle soit derrière les barreaux mais surtout qu'elle soit reconnue coupable et qu'elle ait une interdiction de détenir un animal à vie ! ... Nous pleurons ceux qui ont souffert et nous espérons que les contrôles des services compétents seront plus assidues dorénavant."

A cette date, les chats sont confiés à des associations, ils vont maintenant pouvoir être adoptés. Des annonces pour les 18 chats recueillis vont bientôt être publiées.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Gauthier Ganaye (06)

Les + Lus

Les + Partagés