Très prisée par les parfumeurs, la tubéreuse se récolte en septembre dans le pays de Grasse

La tubéreuse se cueille avec un coup sec pour ne pas abîmer la tige. / © D.Pardanaud
La tubéreuse se cueille avec un coup sec pour ne pas abîmer la tige. / © D.Pardanaud

La tubéreuse est une fleur qui avait fait la renommée de Grasse mais qui n'était quasiment plus cultivée. Elle a été réintroduite récemment. On vous dit tout !

Par Catherine Lioult

La tubéreuse est une plante à parfum qui se présente sous forme de grappes. D'origine mexicaine, aujourd'hui cultivée essentiellement en Inde ( le premier pays producteur mondial ), elle a été introduite dans le bassin grassois à l'époque de Catherine de Médicis.  Mais avec les années 70, la culture de cette fleur, l'une des plus odorantes qu'il soit, a été quasiment abandonnée en raison du coût de la main d-oeuvre. Depuis une dizaine d'années, on la considère à nouveau comme une fleur d'exception, au même titre que la centifolia (la fameuse a rose de mai)  le jasmin, le mimosa ou l'iris. Et dans les champs, on la ramasse à la fin de l'été.
 
La tubéreuse se présente sous forme de grappes. / © D.Pardanaud
La tubéreuse se présente sous forme de grappes. / © D.Pardanaud
 

Un parfum de luxe


La tubéreuse se plante  au printemps, pousse en été et se récolte au début de l'automne mais il faut compter trois bonnes années pour que les bulbes produisent des fleurs. La production est prévendue à des grandes maisons qui veulent une matière première noble. Au Clos de Callian, dans le Var, les cueilleuses s'activent dans les champs au petit matin. 

 

 Désormais, la culture de ces plantes ne s'étend que sur 40 hectares, contre 1.300  au XIXè siècle.  De Pégomas à Callian, 7 producteurs ont relancé cette fleur au parfum inoubliable.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Samuel Le Bihan présente un prototype censé transformer le plastique en diesel à Antibes

Les + Lus