Valbonne : information judiciaire ouverte contre le directeur de l'école Atman pour agressions sexuelles et viols

Une information judiciaire a été ouverte par la procureure de Grasse, au terme d'une enquête préliminaire pour des faits présumés d'agressions sexuelles et de viols. Le directeur de l'école d’ostéopathie Atman à Valbonne est visé par cinq plaintes. 

Une information judiciaire pour agressions sexuelles et viols a été ouverte au tribunal de Grasse
Une information judiciaire pour agressions sexuelles et viols a été ouverte au tribunal de Grasse © MAXPPP / Franz Chavaroche

L'école d’ostéopathie Atman de Valbonne, installé à Sophia Antipolis, est dans la tourmente. Une information judiciaire a été ouverte selon la procureure de Grasse Fabienne Atzori, au terme d'une enquête préliminaire pour viols et agressions sexuelles présumés. Une juge d'instruction va reprendre l'ensemble des éléments du dossier. C'est une étape capitale pour la recherche de la vérité dans cette affaire que nous avions révélée en mars 2019. 

Cinq plaintes pour agressions sexuelles et viols contre le directeur de l'école Atman 

Depuis trois ans, l’école Atman de Valbonne dans les Alpes-Maritimes est au cœur d’une affaire d’agressions sexuelles et de viols présumés. En tout, quatre plaintes ont été déposées en France et une au Canada, contre Marc Bozzetto le directeur  de cet établissement. 

Dans cette école fondée il y a 45 ans par Marc Bozzetto, des femmes (certaines sont des élèves, d’autres non) affirment avoir vécu une séance de soins qui se serait terminée par des attouchements sexuels.

Je veux aujourd’hui parler et assumer parce que je fais partie de toutes ces femmes qui ont subi ces agressions de la part d’un homme qui vous met en confiance pour abuser de vous. Je partage avec elles ce sentiment de mépris et de colère face aux doutes et à la peur de ne pas être crues.

une plaignante

Interrogé il y a quelques années, Marc Bozzetto expliquait dans notre reportage ci-dessous, que ses manipulations étaient normales en matière d’ostéopathie pelvienne et qu'il s'agirait donc, selon lui, d’une erreur d’interprétation de la part des plaignantes. 

En France, une femme victime de viol sur dix seulement porte plainte contre son agresseur. Des chiffres confirmés par une enquête de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP).

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société faits divers violence santé