Grève illimitée dans les hôpitaux de Cannes et de Grasse

A Grasse, les grévistes réclament un renforcement du service : 1 infirmière en plus le jour, 2 brancardiers pour faire face aux heures de pointe. / © FTV
A Grasse, les grévistes réclament un renforcement du service : 1 infirmière en plus le jour, 2 brancardiers pour faire face aux heures de pointe. / © FTV

C'est une grève symbolique mais lourde de sens. Une grève à l'appel de trois syndicats : FO, CGT et SUD, avec des actions ponctuelles. En cause, le manque de moyens aux urgences, mais pas seulement. 
 

Par Coralie Chaillan

Ce mois de juillet, le Sénat va examiner les conclusions de la commission mixte paritaire sur le projet de loi relatif à l'organisation et à la transformation du système de santé. A Paris, de ce mardi 2 juillet, lors de la manifestation nationale des urgentistes, des soignants se sont injectés de l'insuline pour alerter le gouvernement.
L'association des médecins urgentistes de France réclame "4 milliards d’euros pour les hôpitaux et les Ehpad" La ministre de la Santé, elle, propose 70 millions d'euros.

A Cannes et à Grasse, une grève illimitée a été lancée le 1er juillet. Hôpital en danger, voilà ce qu'on peut lire sur les banderoles déployées ce mercredi 3 juillet, à Grasse. 

 On se retrouve avec des gens qui dorment sur des brancards aux urgences. Et cela peut durer jusqu’à 48 heures. 

témoigne un soignant qui préfère rester anonyme. 

A l'appel des syndicats FO, CGT et SUD, un mouvement de grève a débuté lundi 1er juillet et pour une durée illimitée "afin de réclamer un vrai changement des conditions de travail des personnels et d'accueil des usagers d'urgences."

Michel Fuentes, le secrétaire du Groupement Départemental FO des Alpes-Maritimes a alerté, fin juin, les pouvoirs publics sur "l'absence de moyens financiers attribués pour faire face à l'alerte canicule". Dans ces lettres d'indignation, le syndicaliste réclame qu'un budget soit alloué de manière systématique à l'approche d'une canicule au niveau des urgences, des EHPAD et des établissements médico-sociaux. Michel Fuentes était l'invité de notre 12/13 ce mercredi 3 juillet.
 


Parmi les revendications : l'arrêt des fermetures de lits et de services, des moyens humains suffisants pour l'ensemble des services d'urgences, une augmentation de salaire équivalent à 300 euros net mensuels ou encore une amélioration des moyens existants afin de lutter contre l'insécurité des soignants. 
 






 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Expédition au large de l'Amazone

Les + Lus