Grippe : la campagne de vaccination démarre, il faut plus de stock selon les établissements de santé des Alpes-Maritimes

Comme chaque année à la même période, la campagne de vaccination contre la grippe a été lancée. En pleine épidémie de Covid-19, la demande est forte et certains professionnels de santé redoutent une pénurie. 
Face à une pénurie de vaccins contre la grippe, plusieurs établissements de santé tirent la sonnette d'alarme.
Face à une pénurie de vaccins contre la grippe, plusieurs établissements de santé tirent la sonnette d'alarme. © E.JACQUET / FTV
La campagne nationale de vaccination contre la grippe saisonnière a démarré depuis le mardi 13 octobre.
Dans les Alpes-Maritimes, elle concerne 312 279 personnes très exactement, selon les chiffres communiqués par la CPAM.
Elle vise en priorité les patients les plus fragiles :
262 351 personnes âgées de 65 ans et plus.
36 676 personnes qui souffrent d'une affection à longue durée (insuffisance respiratoire, insuffisance cardiaque, diabète, insuffisance rénale, asthme, bronchopneumopathie obstructive).
► Les personnes obèses, les femmes enceintes, les personnes immuno déprimées, et l'entourage à risque de bébés de moins de 6 mois.

Les personnels soignants aussi

Les personnels de santé sont aussi concernés, c'est ce que rappelle la Haute Autorité de santé dans son avis du 20 mai 2020. Le virus est très contagieux et il sévit habituellement d'octobre à mars, indique la CPAM.

" Nous ne sommes pas tous égaux face aux virus ",  "nous avons la chance d’avoir un vaccin" , voilà le message délivré par le spot télévisé et web de l’Assurance Maladie, en partenariat avec le ministère des Solidarités et de la Santé, Santé publique France et la MSA.
Car cette année est très particulière, avec un contexte sanitaire compliqué en raison de l'épidémie de Covid.

Sandy Casoni est infirmière surveillante à la polyclinique Saint-Jean à Cagnes-sur-Mer. Elle va franchir le pas.

La donne est différente avec le Covid et on a un petit peu peur. Du coup, en faisant la balance bénéfice-risque, on se dit que c'est important de se protéger, protéger nos patients, nos famille, on s'est lancé pour faire le vaccin.

Sandy Casoni, infirmière surveillante à la polyclinique Saint-Jean

 
Le patron du groupe, le docteur Pierre Alemanno fait les comptes. Il y a 165 vaccins dans la réserve, et la dernière commande n'a pas été livrée.

On est dans la difficulté c'est évident ! Il va falloir faire des choix, privilégier les personnes en contact avec les patients. Tout le monde aurait intérêt à se faire vacciner, il ne faut pas que les gens se présentent chez le médecin ou dans les services d'urgence avec des syndromes grippaux, il faudrait savoir ce qu'ils ont.

Dr Pierre Alemanno, PDG du groupe Saint-Jean

Les professionnels de santé refont des commandes pour augmenter leurs stocks de vaccin, en vain.
Les professionnels de santé refont des commandes pour augmenter leurs stocks de vaccin, en vain. © ERIC JACQUET / FTV

Des symptômes parfois identiques 

Comme le Covid-19, le virus de la grippe saisonnière se transmet par les gouttelettes émises par les malades quand ils toussent ou éternuent. Les mains contaminées sont aussi sources de transmission. Fièvre, courbatures, toux, fatigue, les symptômes sont aussi similaires. Dans un cas, il y a un moyen de prévenir la maladie avec un vaccin, pas dans l'autre. 
Pour Michel Salvadori,  directeur de l'institut Arnault Tzanck, à Saint-Laurent-du-Var, 
 

Pour l'instant il n'y a pas de solution. Peut-être qu'il va nous être annoncée la priorisation dans la gestion de ces vaccins. Peut-être qu'il y aura une pression forte sur les industriels pour qu' une production importante supplémentaire soit faite, mais il faut qu'elle soit faite rapidement, la campagne de vaccination démarre, il nous faut un stock important.

Michel Salvadori, directeur de l'institut Arnault Tzanck

Le virus de la grippe est actif durant l'automne et l'hiver et chaque année. En France, de 2 à 8 millions de personnes seraient touchées.

Un taux de vaccination en hausse dans les Alpes-Maritimes la saison dernière

Dans les Alpes-Maritimes, le taux de couverture de la dernière campagne de vaccination dans notre département s’est élevé à 45,4%  soit 126 496 personnes vaccinées sur 278 927 personnes invitées à le faire. Cela représente une hausse d' 1,7 point par rapport à 2018 et de 7,7 points par rapport à 2017.
Le directeur de la CPAM des Alpes-Maritimes, Guy Plattet met ces chiffres en perspective.

Au niveau national, le taux de couverture était de 47,8 %, soit 52 % pour les plus de 65 ans et 30 % seulement pour les moins de 65 ans à risque. La couverture vaccinale reste très insuffisante chez les professionnels de santé avec une grande hétérogénéité entre les établissements de santé et les ehpad.
L’augmentation de la couverture vaccinale chez les personnes fragiles constitue un objectif prioritaire de santé publique, particulièrement en période de crise sanitaire : l'objectif est d’approcher les 75% de couverture vaccinale telle que préconisée par l’OMS chez les personnes ciblées par les recommandations.

Guy Plattet, directeur de la CPAM 06

L'année 2020 et l'épidémie de Covid-19 devrait changer la donne. A condition bien sûr qu'il y ait suffisamment de vaccins disponibles.
 
Prévenir la grippe saisonnière : les consignes
 ► Se laver les mains régulièrement ou utiliser une solution hydro-alcoolique.
 ► Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir à usage unique.
 ► Distanciation sociale d'au moins un mètre. Respecter une distance d’au moins un mètre avec les autres ;
 ► Pas d'embrassades, on ne se serre pas la main.
 ► Port du masque en cas de symptômes. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société grippe coronavirus/covid-19