Homophobie : la ministre des Sports réclame des "sanctions fermes" contre Mohamed Camara et Monaco

Le milieu de terrain a camouflé l'écusson arc-en-ciel, symbole de la lutte LGBTQIA+, floqué sur sa poitrine, dimanche, lors de Monaco-Nantes (4-0). La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, qualifie cet agissement de '"comportement inadmissible".

Buteur et passeur décisif du match, Mohammed Camara a provoqué, dimanche 19 mai, une polémique qui vient entacher la belle fin de saison des Monégasques. Avec une victoire 4-0 face au FC Nantes, l'AS Monaco termine 2e place au classement et se qualifie pour la Ligue des champions, mais l'histoire retiendra aussi la prise de position de son milieu de terrain. 

Cette dernière journée de Ligue 1 était associée, par la Ligue de football professionnel (LFP), à la journée de lutte contre l'homophobie, qui a eu lieu le 17 mai.

Absent de la photo officielle d'avant-match

Avant le début de la rencontre, le Malien Mohamed Camara avait d'abord choisi de se tenir à l'écart de la traditionnelle photo de protocole sur laquelle les footballeurs posaient avec le slogan "Homophobie" raturé, et a ensuite décidé de dissimuler le logo arc-en-ciel de son maillot, par du sparadrap.

L'acte suscite un tollé, en ce lundi de Pentecôte, à commencer par la ministre des Sports. Interrogée par RTL, Amélie Oudéa-Castéra réclame des sanctions à l'encontre du joueur, mais aussi du club "qui a laissé faire". 

Sur le site officiel du club Monégasque, c'est la victoire de ce dimanche et la qualification en Ligue des champions, qui sont mises en avant. 

Interrogé sur ce choix, l'entraîneur monégasque Adi Hütter a rappelé que le club et lui-même soutenaient la campagne de la LFP, et a confirmé que cette initiative du joueur serait discutée en interne, précise L'Equipe.

 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité