L'affaire Iacono (ancien maire de Vence) de nouveau devant la commission de révision

© France 3 Côte d'Azur
© France 3 Côte d'Azur

La commission de révision examine cet après-midi à Paris la requête de l'ancien maire de Vence (Alpes-Maritimes) Christian Iacono, 78 ans, condamné pour le viol de son petit-fils avant que celui-ci ne revienne sur ses
accusations.

Par Yves Lebaratoux avec AFP

L'ancien élu a été condamné en 2009, puis en appel en février 2011, à 9 ans de prison pour le viol de Gabriel, aujourd'hui âgé d'une vingtaine d'années.

Mais en mai 2011, l'affaire avait rebondi: le jeune homme était revenu sur ses accusations, maintenues pendant 11 ans et portant sur des faits qui se seraient déroulés entre 1996 et 1998 dans la villa de Christian Iacono à Vence, alors que l'enfant avait entre cinq et huit ans.
Christian Iacono, qui "s'est toujours déclaré innocent", espère que la commission donnera "un avis favorable à la révision de son procès", selon Me Gérard Baudoux, l'un de ses avocats.

Il revient à la commission de dire si elle saisit ou non la Cour de révision.

Après un premier examen de la requête de Christian Iacono, la commission de révision avait rejeté la demande de suspension de peine et ordonné un supplément d'information le 23 janvier 2012.

Celui-ci a confirmé la rétractation de son petit-fils et apporté de "nouveaux éléments", notamment que Gabriel avait "déjà porté des accusations à l'encontre d'autres personnes qui se sont révélées infondées", selon Me Baudoux.
Ce supplément d'information a également démontré que la rétractation de Gabriel n'est pas liée à un intéressement financier, a ajouté l'avocat.

Après avoir purgé au total 16 mois en quatre séjours sous les verrous, Christian Iacono a été remis en liberté le 5 avril 2012.

Il sera présent lundi devant la commission de révision, qui examinera l'affaire à huis clos à partir de 14H00, mais les modalités de sa libération conditionnelle lui interdisent de s'exprimer devant les médias, selon Me Baudoux.

Depuis 1945, seuls huit condamnés pour des crimes ont été acquittés au terme d'une procédure de révision, dont une seule fois en 2011 dans une affaire sexuelle.

Loïc Sécher, condamné en 2003 à 16 ans de réclusion pour le viol d'une adolescente qui, après l'avoir accusé, a finalement avoué avoir menti, a été acquitté au terme d'un procès en révision le 24 juin 2011.

DMCloud:71379
Commission de révision pour C.Iacono
Reportage : Véronique Varin, Caroline Fabre, Katharina Schmid

Sur le même sujet

Les + Lus